/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le nationalisme, c’est l’avenir

Bloc parlement de Québec Assemblée Nationale
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Nous savions depuis longtemps que le modèle de la mondialisation, tôt ou tard, entrerait dans une crise profonde, même s’il n’était pas aisé de savoir quelle forme elle prendrait exactement. Aujourd’hui, nous y sommes. Et nous y sommes entrés d’un coup, brusquement, sans trop de préparation mentale. Il y a quelques semaines encore, nos sociétés se croyaient engagées sur la voie du progrès perpétuel. L’optimisme des jours heureux nous semble aujourd’hui niais, la pénurie se retrouve à l’horizon et la libre-circulation intégrale semble indissociable de la contamination globale. D’un coup, nous nous sommes confinés. Nous cherchons maintenant à penser le déconfinement. C’est ce qu’on appelle vivre en pleine dystopie.  

Personne n’a la réponse idéale à propos d’une sortie de crise. Les gouvernements tâtonnent et font ce qu’ils peuvent pour s’adapter, en faisant tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter que cette crise sanitaire ne se transforme en catastrophe économique qui jetterait nos sociétés dans l’abîme. Car la possibilité du chaos, quoi qu’on en dise, réside dans les failles de tout ordre social, et aucune société n’est vraiment à l’abri d’un resurgissement des peurs primitives, qui décivilisent l’homme très rapidement et le poussent à agir non plus dans l’esprit de la cité, mais pour sa simple survie individuelle. Chacun voudrait mettre la science au pouvoir, mais on constate aussi qu’elle n’est pas univoque. Les technocrates sont déculottés et le politique redevient une exigence vitale.

À travers tout cela, nous redécouvrons ce que nous n’aurions jamais dû oublier: l’État-nation est la structure politique la mieux à même de permettre aux peuples de s’organiser librement et d’agir collectivement. C’est à travers lui que les peuples se mobilisent. On découvre aussi, dans plusieurs pays européens, qu’une société exagérément morcelée sur le plan des mœurs est plus difficile à gouverner et à mobiliser. La cohabitation difficile des communautarismes est exacerbée, et on peut craindre que les tensions déjà présentes ne se radicalisent. Les habitudes collectives ne sont pas que des traditions folkloriques. Elles rendent les peuples capables de se mobiliser en situation de crise.

L’idéal étrange d’une planète uniformisée, où les peuples ne seraient plus que des populations interchangeables, se révèle catastrophique et étranger à ce qu’il y a de plus profond dans la nature humaine. Certains idéologues qui ne parviennent pas à décrocher de l’utopie mondialiste ne peuvent s’empêcher de rêver à une gestion mondiale de la pandémie, mais on constate, plus que jamais, la diversité des cultures et des civilisations. Certes, la coopération scientifique internationale est essentielle. Mais on ne gère pas les Québécois comme les Chinois, ni les Français comme les Danois. Disons-le autrement: on ne saurait soumettre les nations à un modèle de gouvernance unique sans les pousser à la révolte. On ne gouverne pas les peuples sans tenir compte de leur caractère, aurait-on dit autrefois.  

Une formule simple mais pleine de bon sens s’impose: le nationalisme, c’est l’avenir. Et le nationalisme économique, en particulier. On ne saurait traiter les pays simplement comme des espaces à intégrer dans un système économique global, qui dépersonnalise les peuples et les assèche politiquement et spirituellement. Un pays n’est pas une surface plane, mais une réalité historique qu’on ne saurait soumettre à un standard administratif global sans le déposséder. De l’autosuffisance alimentaire au nécessaire recouvrement de réelles capacités industrielles, en passant par la restauration des leviers politiques de l’État-nation, on voit quel sera le programme des prochaines années et, peut-être, des prochaines décennies.  

Car la mondialisation n’était pas qu’un système idéologique dont on peut se délivrer par décret, mais un régime, comme l’avait finement démontré Simon-Pierre Savard-Tremblay dans son ouvrage Despotisme sans frontières. Les circonstances obligent à redécouvrir l’indépendance nationale. Faut-il d’ailleurs rappeler que la première mesure d’urgence, dans la crise, a été de fermer les frontières? Ceux qui s’y sont refusés par entêtement idéologique ont fait preuve d’une négligence coupable, et leurs peuples en paient le prix. Lorsque l’histoire se transforme en tempête, il est pourtant indispensable d’avoir une demeure et une forteresse où se protéger. L’heure n’est pas à la dissolution du politique, mais à sa réaffirmation.