/news/politics
Navigation

Finances publiques du Canada: près de 1000 milliards $ qu’on devra rembourser

CANADA-HEALTH-VIRUS
Photo d'archives, AFP Le ministre des Finances, Bill Morneau, avait dévoilé des mesures d’aide de 27 milliards $, le 18 mars dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Plombée par la crise de la COVID-19, la dette fédérale risque de frôler bientôt les 1000 milliards $ – soit 1 billion $ –, un chiffre jamais vu au Canada.  

• À lire aussi: Une crise qui aura changé le Québec 

• À lire aussi: Au moins, le Québec s’en tirera mieux  

Les projections gouvernementales les plus récentes, datées du début avril, prévoyaient que la dette s’établirait à 900 milliards $ en 2020-2021 et que le déficit grimperait à 190 milliards $ en raison des impacts de la pandémie.  

Mais ces estimations devraient grimper davantage, selon l’ancien et réputé directeur parlementaire du budget fédéral, Kevin Page. « Il faut s’attendre à ce que la facture soit encore plus élevée », explique-t-il en entrevue.  

À son avis, l’impact de la crise se fera sentir tout au long de l’année et forcera Ottawa à continuer de délier les cordons de la bourse, en lançant une deuxième vague de programmes pour ajuster le marché du travail aux changements causés par la COVID-19.  

Cet effort supplémentaire ajoutera des dizaines de milliards de dollars à la facture.  

Il sera très important que le gouvernement poursuive son aide une fois la pandémie terminée, « parce que l’économie sera transformée », note M. Page.  

Le fardeau du remboursement de cette dette incombera sans doute aux prochaines générations. Il est trop tôt pour savoir comment Ottawa appliquera des compressions dans ses programmes.  

Mais si l’on se fie au passé, comme le rappelle Luc Godbout, professeur en fisca-lité et en finances publiques à l’Université de Sherbrooke, les provinces pourraient écoper, avec des réductions dans les transferts sociaux (qui financent notamment la santé), comme cela s’était produit dans les années 1990.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Record  

En dollars absolus, la dette de 1 billion anticipée cette année serait un record de tous les temps. Il faut remonter aux années 1990 pour voir un tel niveau de dette fédérale. En 1997, année du record précédent, elle avait atteint 608 milliards $, ce qui équivaut à 927 milliards en dollars d’aujourd’hui.  

Toutefois, si on utilise la comparaison avec le produit intérieur brut (qui est la somme de tous les biens et services produits par un pays), l’année 2020-2021 ne sera pas exceptionnelle. En 1994, la dette fédérale avait atteint alors un niveau record représentant 66 % du PIB canadien. En 2020-2021, la proportion dette-PIB devrait s’élever à environ 45 %.  

Il reste néanmoins que la crise de 2020 est unique en son genre à cause de ses effets presque instantanés et massifs sur l’économie canadienne.  

Nombreux programmes  

Rappelons qu’Ottawa a annoncé jusqu’à maintenant des programmes d’aide directe aux travailleurs et aux entreprises canadiennes (Prestation canadienne d’urgence, Subvention salariale d’urgence du Canada) totalisant 105 milliards $. S’ajouteront à ces coûts des réductions dans les entrées de taxes et d’impôts attribuables au ralentissement de l’activité économique.  

Pour Kevin Page, Ottawa n’avait pas d’autre choix que d’intervenir, même si un déficit budgétaire avait déjà été prévu cette année.  

« Il était absolument nécessaire que le gouvernement fédéral mette en place des programmes d’aide », affirme-t-il. Puisqu’il s’agit d’une situation « temporaire », il ne craint pas pour l’avenir des finances fédérales.  

De plus, M. Page rappelle que les taux d’intérêt extrêmement bas que l’on connaît actuellement vont aider Ottawa à absorber l’impact. « C’est la grosse différence », dit M. Page, lorsqu’on compare la crise de la COVID-19 aux déficits budgétaires majeurs qui avaient été enregistrés dans les années 1990.     

EFFORT DE GUERRE ?  

Les effets de la pandémie de COVID-19 sur l’économie canadienne peuvent-ils être comparés aux efforts militaires consentis par le pays pendant la Seconde Guerre mondiale ? Le premier ministre Justin Trudeau a affirmé que la crise actuelle était sans précédent depuis cette époque. En réalité, l’impact de la guerre a été beaucoup plus considérable sur les finances d’Ottawa. En 1944, le déficit fédéral a explosé à 2,7 milliards $, ce qui représentait alors 23 % du PIB canadien. Même si le déficit canadien devait atteindre 290 milliards $ cette année, le rapport avec le PIB s’établirait à 13,4 %, soit presque la moitié moins qu’en 1944.     

La dette fédérale  

2012 : 576 G$  

2013 : 602 G$  

2014 : 618 G$  

2015 : 611 G$  

2016 : 616 G$  

2017 : 636 G$  

2018 : 668 G$  

2019 : 683 G$  

2020 : 721 G$  

2021 : 1000 G$*  

* Estimée