/news/health
Navigation

Une famille met en demeure le CHSLD Sainte-Dorothée

Coup d'oeil sur cet article

La fille d’une résidente a mis en demeure le Centre d’hébergement Sainte-Dorothée, à Laval, vendredi.

• À lire aussi: Le Québec va renaître, dit Legault

• À lire aussi: [EN DIRECT VENDREDI 10 AVRIL] 100 000 morts dans le monde, tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: COVID-19: finis les transferts d’aînés en CHSLD

La femme, qui préfère garder l’anonymat, n’a aucune nouvelle de sa mère depuis le 1er avril quand elle a appris que cette dernière était atteinte de la COVID-19.

«Le 1er avril 2020, Madame était informée que sa mère était léthargique, qu’elle ne parlait pas, qu’elle ne mangeait pas et qu’elle n’acceptait aucun médicament, de telle sorte qu’elle ne pouvait recevoir de Tylenol pour contrôler sa fièvre ni sa médication pour sa maladie. Elle était également informée que sa mère était isolée dans sa chambre et qu’en raison de son agitation (liée à la non-prise de médication), elle avait dû être attachée à son lit pour éviter qu’elle ne quitte sa chambre», peut-on lire dans la mise en demeure envoyée par le cabinet Ménard, Martin avocats.

«Je ne suis pas capable d’entrer en contact avec elle», a-t-elle dit en entrevue à TVA Nouvelles. Étant donné qu’elle est atteinte d’une maladie cognitive, elle ne peut faire elle-même le numéro de téléphone. J’appelle tous les étages en laissant des messages. Je n’ai aucune idée où elle se trouve.»

La femme dit avoir eu deux appels de travailleurs sociaux, mais aucun ne pouvait lui donner de réponses sur l’état de santé de sa mère.

«Il est impératif que Madame, comme personne exerçant le consentement substitué aux soins de sa mère, reçoive toute l’information médicale nécessaire à cette fin et que l’équipe traitante communique avec elle pour obtenir son consentement libre et éclairé à ces soins», précise la mise en demeure envoyée à l’établissement de soins.

«Il est également impératif que la résidente soit transférée à l’hôpital si son état nécessite des soins de santé qui ne peuvent lui être administrés en CHSLD.»

D’autres familles sans nouvelles

D’autres familles de résidents du CHSLD Sainte-Dorothée ont indiqué à TVA Nouvelles ne pas avoir de nouvelles de leurs proches.

Le gouvernement a assuré lors de son point de presse quotidien que les communications aux familles seraient une priorité dans les prochains jours.

Selon le dernier bilan du CISSS de Laval, 115 personnes ont contracté la COVID-19 et 19 en sont mortes dans ce CHSLD.

Le CISSS à la rescousse

Malgré la gravité de la situation, le CHSLD Sainte-Dorothée évite pour le moment d’être placé sous tutelle. Le CISSS de Laval a d’ailleurs annoncé une série de mesures vendredi en fin d’après-midi pour lui venir en aide.

De nouveaux intervenants du milieu de la santé et des gestionnaires cliniques viendront prêter main-forte à l’établissement. Un médecin supervisera d’ailleurs la pratique médicale.

Par ailleurs, 70 intervenants se joindront au personnel pour offrir les soins et services aux résidents. Le port d’équipements de protection individuelle est dorénavant obligatoire pour les employés du centre.

Deux conseillères en protection et contrôle des infections sont également disponibles pour les employés du centre Sainte-Dorothée et de tous les CHSLD du CISSS de Laval. Tous les employés font présentement l’objet d’un test de dépistage et seront contrôlés quotidiennement pour pouvoir détecter rapidement les nouveaux cas possibles.

Un centre de communication pour les familles des résidents a également été mis sur pied et procédera à des contacts quotidiens avec les proches.

«À Laval, le réseau de la santé est à pied d’œuvre pour prendre soin de nos aînés et s’assurer de freiner la propagation de ce virus dans nos centres d’hébergement», a déclaré Christian Gagné, président-directeur général du CISSS de Laval, par voie de communiqué.

Le CHSLD de Sainte-Dorothée faisait partie des six établissements ciblés par le gouvernement Legault en raison du haut taux de contamination.