/news/society
Navigation

Les covidiots à l’ouvrage...

Des citoyens défient les règles de base d’hygiène par insouciance, stupidité, ou pour en tirer un avantage

Coup d'oeil sur cet article

C’est connu, un temps de crise fait ressortir le meilleur des êtres humains, mais aussi parfois le pire. Depuis la mise en place des mesures de confinement pour protéger la population contre la COVID-19, certains individus se sont signalés par leur étalage d’égoïsme, leur manque de jugement, ou carrément, leur stupidité. Sur les réseaux sociaux, ils ont vite été surnommés les covidiots. Voici quelques exemples de cas qui ont retenu l’attention ces dernières semaines au Québec.  

• À lire aussi: Des appels loufoques  

  

Arrêté pour sa mauvaise blague  

Capture d'écran TVA Nouvelles

• À voir: [VIDÉO] COVID-19: Le «tousseur» arrêté par la police de Québec  

Les images ont fait le tour de la province. Un jeune homme à la commande à l’auto d’un restaurant de L’Ancienne-Lorette, près de Québec, se filme en train de tousser délibérément sur un terminal de carte bancaire. Émerik Pouliot, 20 ans, a perdu son emploi. Celui qui a été surnommé le « tousseur » a aussi été arrêté par la police de Québec pour nuisance publique et méfait. Il a été libéré sous promesse de comparaître pour une mauvaise « blague » qui pourrait lui coûter cher.      

Protester en groupe contre... le confinement  

Photo courtoisie

• À lire: La mairesse de Boisbriand espère que les récalcitrants se calmeront  

Pendant que le gouvernement martèle l’importance de rester à la maison et de ne pas se rassembler, quelque 200 membres de la communauté Tosh de Boisbriand ont eu la brillante idée de manifester leur mécontentement face aux règles de confinement imposées pour limiter la propagation de la COVID-19. Ils ont été à l’extérieur durant une bonne heure, dans un moment de bonne tension avec les policiers. Une enquête est en cours et chaque membre de la communauté qui sera identifié pour avoir pris part à l’événement pourrait se voir imposer une amende de 1000 $ à 6000 $.      

Le crachat comme arme  

Photo courtoisie

• À lire: Arrêtée pour avoir craché sur une femme  

De nombreuses personnes se sont mises à utiliser leur crachat pour faire peur. Ces situations causent d’importants déploiements policiers avec la crise sanitaire. Une femme de 23 ans a notamment été arrêtée cette semaine à Québec après qu’elle aurait craché volontairement au visage d’une autre cliente d’un dépanneur Couche-Tard. Elle pourrait être accusée de voie de fait ainsi que de nuisance publique. Les mesures de distanciation humaine et d’un nombre restreint de clients au sein du commerce pourraient être la source du conflit.      

Madame s’énerve au point de contrôle  

Photo courtoisie

• À lire: Le tapis clouté pour une récalcitrante  

Plusieurs régions ont été bouclées par les autorités pour éviter la propagation du coronavirus. Des automobilistes ont tenté d’utiliser des raisons loufoques pour pouvoir quand même passer. Les policiers ont même dû utiliser le tapis clouté pour stopper un véhicule et calmer les ardeurs d’une conductrice en crise qui refusait de rebrousser chemin au point de contrôle de la région de Charlevoix. Problème de santé ou exaspération, la femme de 57 ans a refusé de se plier aux directives des policiers alors qu’elle souhaitait fermement se diriger vers Baie-Saint-Paul. Elle a finalement été arrêtée.   

Il fête avec son fils atteint du coronavirus  

Photo d'archives

• À lire: Lionel Perez: une fête avec un fils atteint de la COVID-19  

Alors qu’on demandait à tous les citoyens de mettre leur vie sur pause, le chef de l’opposition à Montréal, Lionel Perez, a été vivement critiqué après avoir reçu la visite de policiers pour un attroupement formé autour de son domicile, alors que son fils y réside et qu’il est atteint de la COVID-19. La fête en question visait à souligner les fiançailles de la fille de M. Perez avec son futur époux de New York. Celle-ci se déroulait par visioconférence, mais un musicien était présent dans l’entrée de la cour. Des voisins qui marchaient dans la rue se sont notamment arrêtés pour féliciter la famille. Le fils de M. Perez est même sorti brièvement à l’extérieur du domicile.       

Il part quand même au Mexique  

Photo Facebook

• À lire: Un conseiller municipal de Granby s'envole vers le Sud en pleine pandémie  

Un conseiller municipal de Granby n’a pensé qu’à lui en s’envolant vers le chaud soleil d’Acapulco, au Mexique, au mépris des exhortations gouvernementales d’éviter tout voyage non essentiel à l’extérieur du pays. « Je suis parti sur un coup de tête dans le but de ne pas être confiné seul pour une longue période, vu que je suis en dépression depuis un bout de temps. [...] J’ai paniqué à l’idée de perdre ce voyage qui m’est nécessaire pour décrocher », a expliqué à La Voix de l’Est Éric Duchesneau. Il assure toutefois demeurer en confinement.       

Le Casanova des barrages  

Photo Facebook

• À lire: Un coup de foudre ne justifie pas un déplacement entre régions   

L’amour donne des ailes... ou peut nous mettre dans le trouble en temps de la COVID-19. Un jeune homme de Saint-Jérôme est allé jusqu’à mentir deux fois aux policiers pour tenter de rejoindre une jeune femme dont il était tombé amoureux... mais dont les sentiments ne sont pas réciproques. Miritan Hashani a été trouvé par la Sûreté du Québec endormi dans son véhicule devant la résidence de la fille de ses rêves. Il a prétexté qu’il était venu récupérer son porte-monnaie chez un ami. Des vérifications ont permis de déterminer qu’il avait été intercepté lors d’un contrôle routier. Là encore, il avait fourni l’excuse du portefeuille. Hashani a comparu au palais de justice de Mont-Laurier sous des accusations d’intrusion de nuit, d’entrave au travail d’un agent de la paix, de supposition de personne et de bris de probation.       

Un geste dégoûtant  

Photo courtoisie, TVA Nouvelles

 • À lire: Un «simple avertissement» pour une «morveuse»  

Une dame de Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud de Montréal, a atteint le summum du dégoûtant en étendant de sa morve sur la rampe d’escalier de son immeuble à logements. La scène a été filmée par une caméra de surveillance. « Il n’y en a pas de problème », a-t-elle simplement dit, lorsque confrontée par TVA Nouvelles. Dans les circonstances, elle s’en est bien sortie puisque les policiers ne lui ont décerné qu’un avertissement, selon les autres locataires du bâtiment qui ont dénoncé la situation.       

Photo courtoisie, TVA Nouvelles

SAQ fermées  

Prises d’assaut par des clients voulant faire le plein d’alcool, les employés de la SAQ en ont vu de toutes les couleurs. Pour une raison inconnue, une septuagénaire des Laurentides a faussement fait croire à un commis qu’elle était atteinte de la COVID-19. Elle devrait maintenant être accusée de méfait de plus de 5000 $, et d’avoir fourni de faux renseignements.      

Capture d'écran TVA Nouvelles

• À lire: Un Québécois compare la COVID-19 à «une tonne de briques  

Également, un entrepreneur connu de la région de Bromont revenu d’Europe est allé faire le plein de bouteilles de vin à la SAQ, même s’il éprouvait des symptômes de COVID-19. Trois jours après, Nicolas Breton a été déclaré positif à la maladie et a accordé une entrevue à TVA Nouvelles. Le soir de la diffusion, les employés de l’établissement l’ont reconnu, ce qui a forcé la fermeture de la succursale en raison des risques de propagation causés par le manque de jugement de l’homme dans la quarantaine.