/news/coronavirus
Navigation

CHSLD: la présidente du Conseil des médecins blâme le manque de ressources

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les cas de COVID-19 dans les CHSLD ne cessent d’augmenter, deux hauts placés du système de santé québécois pointent du doigt le manque d’effectifs et le sous-financement. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19  

• À lire aussi: COVID-19: le Québec franchit le cap des 300 décès  

• À lire aussi: Le bureau du coroner enquêtera aussi sur le CHSLD Herron  

• À lire aussi: COVID-19: les décès se multiplient dans un autre CHSLD  

Les personnes âgées hébergées dans les CHSLD le sont «pour des conditions de santé qui engendrent une grande perte d’autonomie physique ou cognitive, qui ont besoin de soins intimes [...] qui ont des problèmes de santé chroniques avancés, mais aussi aigus [...] à qui on donne aussi de l’affection», rappellent la présidente du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens, Dre Doris Clerc, ainsi que la Dre Marie-Jeanne Kergoat, chef du département de gériatrie du CIUSS du Centre-sud-de-l’Île-de-Montréal. 

Dans une lettre d’opinion publiée dimanche, elles s’inquiètent de la disparition de ces contacts en raison de la pandémie: «En vérité, pour des soins humains en CHSLD, il faut dire adieu à la distanciation sociale! Qui veut ou peut être soigné à deux mètres de distance?» 

«Au-delà des facteurs universellement admis, à notre avis, c’est la nature même des soins prodigués en CHSLD qui est le grand vecteur de cette calamité. Et quand les gens tombent malades, que les besoins de soins de base et les besoins médicaux augmentent en flèche, il n’y a pas de personnel de réserve pour aller prêter main-forte et venir à la rescousse. Ajoutez à cela un virus qui se propage à la vitesse de l’éclair, la peur qui s’installe chez les soignants et le personnel qui ne se présente plus au travail. Car oui, les soignants aussi ont des familles à protéger [...] On peut avancer les notions de valeur morale, la vocation, le sens du devoir et de la responsabilité, mais au même moment se vivent des sentiments d’abandon, de détresse, le déjà vu que personne n’assurera ta relève. Vient un moment pour certains, où cela suffit. Soignant, mais pas soldat, cela heurte, mais qui sommes-nous pour juger?», peut-on également lire. 

Les auteures estiment que le manque de personnel, d’infirmières, de préposés et de médecins pour s’occuper des aînés est l’une des raisons qui mènent à une situation «inouïe et inimaginable» dans les CHSLD. Les effets du manque d’effectifs sont d’autant plus criants et visibles sur le réseau avec l’apparition de la COVID-19. 

Dans leur lettre, elles rendent hommage aux résidents des CHSLD décédés durant la pandémie, et espèrent que leur décès servira à donner un second souffle au système de santé. «[Les personnes âgées des CHSLD] ont donné leur vie pour que notre système de santé puisse survivre et pour sauver le plus grand nombre de personnes, nos plus jeunes, et notre avenir». 

Bien plus que six CHSLD problématiques au Québec  

À l’heure où le gouvernement du Québec a ciblé six CHSLD plus problématiques en matière de gestion depuis le début de la pandémie de COVID-19, le président du Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet, rappelle que plusieurs autres centres étaient en difficulté bien avant la crise actuelle.  

En entrevue à LCN, le président du Conseil pour la protection des malades a dit comprendre que les autorités se concentrent sur les six pires, mais il estime qu’il y a des centaines d’établissements où la situation laisse à désirer.  

«Quand on sait qu’il y a une dame qui nous dit que sa mère n’est pas lavée et qu’elle [sonne] la cloche pour un verre d’eau et qu’elle ne l’a pas, et qu’elle en train de se déshydrater... Si c’était votre mère, trouveriez-vous que c’est ben correct? On ne peut pas faire ça», s’insurge M. Brunet.  

Couches pas changées, des résidents qui ne sont pas amenés aux toilettes et où on ne s’occupe pas de leur hygiène personnelle, les exemples sont nombreux.  

M. Brunet est bien au fait que certains centres offrent de bons soins aux aînés, mais persiste en précisant que les demandes n’arrivent pas d’un seul endroit, mais de partout à l'échelle du réseau.  

«Si pour le premier ministre il y a six places qui vont mal, pour nous, si c’était sa mère qui n’est pas lavée et qui n’est pas nourrie, est-ce que ce serait un CHSLD où ça va mal aussi?», s’interroge le président.  

Rappelons qu’un recours collectif de 500 millions $ contre le gouvernement du Québec pour traitement «honteux» dans les CHSLD a été autorisé en septembre 2019.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres