/investigations/health
Navigation

CHSLD Herron: La propriétaire blâme le CIUSSS pour la catastrophe

Coup d'oeil sur cet article

La propriétaire du CHSLD Herron de Dorval, où 31 aînés sont décédés dans les dernières semaines, blâme le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal pour la catastrophe qui s’est produite dans son établissement en lien avec le coronavirus.  

• À lire aussi: CHSLD: la présidente du Conseil des médecins blâme le manque de ressources  

• À lire aussi: CHSLD Herron : les autorités tentent de se faire rassurantes  

• À lire aussi: Le bureau du coroner enquêtera aussi sur le CHSLD Herron  

Katherine Chowieri, gestionnaire et propriétaire du CHSLD privé, a écrit deux fois au gouvernement Legault la semaine dernière pour se plaindre d’un manque de collaboration du CIUSSS, qui avait pris le contrôle des lieux depuis une dizaine de jours.        

Des lettres et échanges de courriels obtenus par notre Bureau d’enquête apportent un nouvel éclairage sur ce qui pourrait s’être produit à la résidence Herron, où la situation a été qualifiée d’«épouvantable» par le premier ministre François Legault samedi.        

Selon nos informations, dès le 29 mars, la présidente-directrice générale du CIUSSS de l’Ouest de l’île de Montréal, Lynne McVey, annonçait aux propriétaire du CHSLD que l’établissement était mis en tutelle compte-tenu de lacunes dans les soins aux patients.         

Plusieurs employés avaient déserté les lieux après avoir appris qu’au moins un résident était atteint de la COVID-19.        

«Une guerre»  

Les documents que nous avons consultés montrent que la collaboration a été difficile entre le CIUSSS et la direction du CHSLD Herron. Le ton était parfois tendu. Certains échanges se faisaient via des lettres d’avocats.        

Le 9 avril, la propriétaire Katherine Chowieri a écrit à la ministre de la Santé Danielle McCann pour s’en plaindre.        

  

Elle affirme dans sa lettre que la situation a évolué de façon «catastrophique» depuis que le CIUSSS a pris le contrôle de l’établissement, et demande «l’intervention directe et immédiate» de la ministre.        

Elle allègue entre autres que:               

  • Les recommandations ministérielles sur le port d’équipement de protection pour le personnel et les résidents n’auraient pas été respectées par l’équipe du CIUSSS.        
  • Le CIUSSS n’aurait pas voulu lui dire quels résidents avaient été infectés.        
  • Des soins auraient été administrés à des patients sans que leur dossier médical n’ait été ouvert.               

«Depuis le début du processus, nous sentons un grand manque de collaboration du CIUSSS. [...] On sent qu’ils essaient de créer une guerre avec nous en tant que propriétaires et gestionnaires du CHSLD au lieu de participer ensemble contre la lutte du COVID-19», allègue Mme Chowieri.        

  

  

«Nous sommes maintenant en état de crise et il est impossible pour nous d’avoir une discussion avec qui que ce soit du CIUSSS», affirme-t-elle.        

  

  

  

 

 

  

Le CIUSSS dit l’inverse  

La veille, Mme Chowieri avait également transmis à la directrice de cabinet de Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés, une lettre pour détailler ses doléances.        

  

  

«J’ai rapporté certains éléments qui m’apparaissent graves à l’équipe du CIUSSS, notamment que des résidents qui ont été testés positifs au COVID-19 circulent librement dans l’immeuble depuis le début de la semaine, mais j’ignore si une intervention conforme a eu lieu», peut-on lire dans cette autre missive.        

La vision des choses de la direction du CIUSSS est tout autre. Samedi, en point de presse, la directrice générale du CIUSSS avait jeté le blâme sur la direction du CHSLD.        

  

«Nous avons eu peu de collaboration de la part des propriétaires et nous avons émis deux mises en demeure ainsi qu’une ordonnance de la Direction de la santé publique de Montréal», avait détaillé Mme McVey.        

  

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

  

Selon elle, le CIUSSS peinait à obtenir de la part de la direction du CHSLD des informations comme la liste des patients, les coordonnées pour rejoindre leurs proches et la liste des employés.        

Qui dit vrai? Une enquête policière a été déclenchée pour faire la lumière sur ce qui s’est réellement produit, a affirmé samedi le premier ministre Legault.