/news/green
Navigation

Moins de polluants, mais pas mal plus de rats

Coup d'oeil sur cet article

L’isolement des citoyens et la fermeture des commerces en raison de la crise de la COVID-19 offrent un environnement favorable à la prolifération des rats dans les rues de Montréal, selon des experts.   

• À lire aussi: [EN DIRECT LUNDI 13 AVRIL] Tous les développements de la pandémie de COVID-19  

• À lire aussi: Le confinement améliore la qualité de l’air à Montréal  

« Comme les gens sont confinés chez eux, les rats ont un plus grand territoire, il n’y a personne pour les envahir », explique l’exterminateur Harold Leavey, propriétaire des Entreprises Maheu Ltée. 

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Harold Leavey, spécialiste en gestion parasitaire et exterminateur chez Maheu Extermination à QUB radio:

À Montréal, on dénombre environ six millions de rats, selon les experts. Cachés dans les égouts, ils sont en général peu visibles. 

Ils sortent surtout la nuit, quand l’activité humaine est plus faible, en quête de nourriture, entre autres. 

Sauf qu’avec les rues désertes en raison de l’urgence sanitaire, leur « terrain de jeu » vient de s’élargir considérablement. 

« Maintenant, ils peuvent agir toute la journée, le party va commencer », explique M. Leavey. 

Dans vos réserves de bouffe 

Pour le moment, la crise n’a pas duré assez longtemps pour qu’un effet majeur soit remarqué. Mais si la ville reste en pause pour encore plusieurs semaines, les irritants pourraient rapidement prendre de l’ampleur, comme cela s’est vu dans de grandes métropoles de la planète, comme à New York ou à Londres. 

« Plus le confinement dure, plus le problème va augmenter dans les grandes villes », affirme M. Leavey. 

Une association d’exterminateurs en Angleterre a d’ailleurs prévenu que d’amasser de la nourriture offre également un garde-manger aux rongeurs, si elle est mal entreposée. 

« C’est comme les sacs-poubelle dans les rues qui ne sont pas ramassés, explique cette association. Plus il y en a, plus les rats vont être attirés. » 

Des Ratons laveurs aussi 

Hélène Bouchard, de MBM Gestion parasitaire et aussi vice-présidente de l’Association québécoise de la gestion parasitaire, rappelle qu’avec l’arrivée du printemps, la faune urbaine se réveille.  

Ainsi, les ratons laveurs et les moufettes vont également chercher de la nourriture. 

Et comme il y en a moins dans les parcs et les ruelles en raison du confinement, ces animaux seront encore plus tentés de fouiller les poubelles et les bacs de compost. 

« Quand on met les déchets dehors, c’est important que ce soit dans un bac fermé, en ajoutant un poids dessus », dit-elle. 

Et si de la nourriture doit être entreposée dans un garage, il vaut mieux la mettre dans des bacs en plastique et vérifier que les murs sont bien étanches. 

« Un rat peut passer dans un trou de la grosseur d’un 25 ¢ », rappelle-t-elle.