/misc
Navigation

La contrebande de vins cachères : un véritable secret d’État

La contrebande de vins cachères : un véritable secret d’État
Photo capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

À la suite de mon récent blogue sur les contrebandiers de vins cachères hassidiques qui se livrent au trafic illicite d’alcool ontarien, je voulais aller au fond des choses. Je me suis d’abord adressé au SPVM qui a fait les descentes dans les synagogues. Le porte-parole m’a dit que je devrais plutôt contacter la SAQ mais que quelqu’un au SPVM, qui est au fait du dossier, me rappellerait. J’attends toujours. 

Je me suis donc adressé à la Société des Alcools du Québec. 

J’ai demandé à la SAQ combien de poursuites avaient été intentées depuis 10 ans en vertu de la Loi sur les infractions en matière de boissons alcooliques et la Loi sur la société des alcools du Québec contre des contrebandiers de vins cachères. Je voulais aussi savoir si les intermédiaires et les distributeurs (camions, entrepôts, etc.) des importations illicites de vins cachères ontariens, manifestement complices, avaient déjà fait l’objet de poursuite?

L’agente d’information de la SAQ, Linda Bouchard, m’a répondu que ce n’est pas la SAQ mais plutôt le Directeur des Poursuites Criminelles et Pénales qui pourrait me donner des réponses à mes questions. Elle m’a néanmoins donné des chiffres de ventes brutes de vins à des synagogues et des paroisses catholiques pour les 5 dernières années. Impossible donc de connaitre les ventes de vins cachères.

À la question de savoir si SAQ s’était déjà plainte à la LCBO de ce trafic et discutée avec elle de la façon d’y remédier, Mme Bouchard m’a donné une réponse laconique : «Oui, nous avons effectivement eu des discussions à ce sujet avec eux.» Sans autres détails. Je me suis donc adressé à la LCBO (Liquor Control Board of Ontario), la Régie des alcools de l’Ontario, pour savoir combien de vins cachères, bénéficiant d’un rabais de 17 %, elle vendait au Québec.  

J’ai eu une réponse aussi laconique qu'énigmatique : «La LCBO n’autorise pas la vente de vin de messe au Québec et ne perçoit aucun pourcentage sur ces ventes, car celles-ci ne sont pas de son ressort.» J’ai répondu que si j’interprétais bien leur réponse c’étaient des acheteurs privés qui se procuraient le vin cachère à la LCBO pour le revendre au Québec. Ces acheteurs avaient-ils besoin d’une licence pour vendre leurs vins cachères au Québec ? Et les discussions avec la SAQ? J’attends toujours là aussi la réponse.   

J’ai donc rejoint ensuite le Directeur des Poursuites Criminelles et Pénales qui, selon la SAQ, pourrait répondre à mes questions. J’ai demandé au DPCP combien de poursuites il avait intentées contre des contrebandiers de vins cachères et le nombre de cas de récidives. Je voulais aussi savoir si les intermédiaires dans les importations illicites de vins cachères ontariens avaient déjà fait l’objet de poursuite. 

Me Melissa-Ann McFarland, responsable de l’accès à l’information au DPCP, m’a répondu que ma demande relevait de la compétence du Bureau des infractions et amendes du ministère de la Justice du Québec. Elle m’a donc prié de m’adresser à Me Marie-Claude Daraiche, responsable de l'accès à l'information au ministère en précisant les articles de lois visés par ma demande. 

Voilà où en est le dossier.  

De toute évidence, la question des vins cachères importés par des juifs ultra-orthodoxes de Montréal est une patate chaude. Personne ne veut être, de quelque façon que ce soit, impliqué dans ce bourbier.  

Le seul autre groupe au Québec suscite un tel inconfort des services chargés de l’application de la loi, ce sont les Mohawks.