/news/coronavirus
Navigation

Le CHSLD Herron avait besoin d’aide

Des courriels et des textos permettent de comprendre ce qui s’est joué à la résidence où 31 aînés sont décédés

CHSLD Herron
Photo Chantal Poirier Des bouquets de fleurs ont été déposés sur le terrain du CHSLD Herron hier.

Coup d'oeil sur cet article

« – Est-ce que des employés sont rentrés travailler ? – Non. Nous avons besoin d’aide. »  

• À lire aussi: La vérité a été «cachée»  

Personnel manquant ou en quarantaine, peur chez des employés, pénurie d’équipements ; toutes les conditions étaient réunies pour qu’une crise ait lieu au CHSLD Herron, à Dorval, où plus d’une trentaine d’aînés sont morts dans les dernières semaines.     

  • Écoutez l'entrevue du PDG du Conseil de la protection des malades avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:  

  

Une série de courriels et de messages textes obtenus par notre Bureau d’enquête permettent de mieux comprendre la tempête dans laquelle étaient plongés les dirigeants du centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) et du centre intégré de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, au moment de la mise en tutelle de l’établissement, le 29 mars.      

Le même jour, deux patients décédaient. Depuis, les témoignages d’aînés gardés dans des conditions atroces se sont multipliés.      

   

  • Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, était à Dutrizac sur QUB radio:    

  

Qui dit vrai ?  

Deux versions s’affrontent : celle du CIUSSS, qui affirme que les dirigeants du CHSLD ne se sont pas assurés que les soins étaient adéquats et qu’ils ont refusé de fournir des informations lorsque le CIUSSS a pris le contrôle de l’établissement.      

De leur côté, les dirigeants du CHSLD soutiennent que c’est le CIUSSS qui n’a pas collaboré.      

La propriétaire Katherine Chowieri y est allée d’allégations graves concernant des mesures de protection qui n’auraient pas été respectées par l’équipe du CIUSSS, dans une lettre transmise à la ministre de la Santé le 9 avril et dévoilée dimanche par notre Bureau d’enquête.      

Pour faire la lumière, trois enquêtes sont en cours : une enquête criminelle de la police de Montréal, une du coroner et une autre du ministère de la Santé.      

1. Manque d’employés  

CHSLD Herron
Photo courtoisie

Le dimanche 29 mars, en matinée, Samantha Chowieri, une des dirigeantes du CHSLD, détaille dans un texto le nombre d’employés manquants.       

Il manque au bas mot cinq préposés aux bénéficiaires, deux infirmières auxiliaires et deux infirmières. Ce sera encore pire en soirée, prévoit-elle.      

2. Personne ne veut venir  

CHSLD Herron
Photo courtoisie

  

CHSLD Herron
Photo courtoisie

Plus tard au cours de la journée, la situation s’est détériorée.      

« Nous n’avons plus d’infirmières ou d’infirmières auxiliaires disponibles ce soir. SVP, appelez-moi parce que nous ne sommes plus disponibles pour donner les services nécessaires. Aucune des agences [de placement de personnel médical] ne veut venir », lance Mme Chowieri dans un autre texto.      

Le CIUSSS promet que du renfort arrive, et laisse même entendre que des employés récemment retraités pourraient prêter main-forte.      

ÉCOUTEZ l'entrevue de Jean-Louis Fortin, directeur du Bureau d'enquête de Québecor, sur QUB radio:

3. « Êtes-vous là ? »  

CHSLD Herron
Photo courtoisie

Le renfort envoyé par Brigitte Auger, directrice du programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées au CIUSSS, s’est buté à des portes closes.      

« Quelqu’un est arrivé ! Ma directrice adjointe. Personne ne répond [à la porte] », écrit-elle à Mme Chowieri.      

« Êtes-vous là ?! » s’impatiente-t-elle ensuite.       

4. Employés en quarantaine  

CHSLD Herron
Photo courtoisie

Dans un courriel reçu au CIUSSS le lendemain, Samantha Chowieri expliquera que le manque de personnel est causé en partie par le fait que des employés sont en quarantaine.      

« Plusieurs employés ne pouvaient pas rentrer dans le CHSLD, car ils ont été en contact avec des usagers positifs à la COVID-19 », dit-elle.      

La gestionnaire croit que la nouvelle directive ministérielle de réduire la durée de quarantaine de 14 à 7 jours pour les employés de la santé améliorera la situation.      

« Cette pandémie est une zone grise et de peur pour tous. Il y a eu une grande peur dans le personnel », écrit-elle.      

5. Manque de masques  

CHSLD Herron
Photo courtoisie

  

CHSLD Herron
Photo courtoisie

Pour ajouter à la crise, le CHSLD manque d’équipement de protection.      

Samantha Chowieri appelle à l’aide au CIUSSS et propose même d’aller y récupérer l’équipement.      

Même une livraison du CIUSSS effectuée il y a deux jours semble n’avoir pas suffi.      

« Malheureusement, il nous manque des visières et des vestes, masques », énumère-t-elle le 29 mars. Par contre, il reste assez de gants.      

L’employée du CIUSSS répond à ces textos en proposant d’envoyer du matériel.      

6. Mise en tutelle  

CHSLD Herron
Photo courtoisie

Le 29 mars en soirée, Lynne McVey, présidente-directrice générale du CIUSSS, informe la direction du CHSLD que l’établissement est désormais sous tutelle, « compte tenu de la situation des résidents de la Maison Herron qui ont été abandonnés aujourd’hui par votre personnel et envoyés en grand nombre vers l’urgence de l’Hôpital général du Lakeshore ».  

  

À VOIR AUSSI   

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres