/news/politics
Navigation

COVID-19: Ottawa élargit l'accès à la PCU

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le gouvernement fédéral élargit l’accès de sa Prestation canadienne d’urgence, fixée à 2000 $ mensuellement, aux travailleurs qui gagnent 1000 $ par mois ou moins. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie  

• À lire aussi: Le cap des 1000 décès franchi au pays  

• À lire aussi: Québec appelle les médecins à aider dans les CHSLD  

«Bien des gens ne travaillent pas autant d’heures qu’avant et d’autres doivent s’adapter aux réalités du travail à la pige ou à contrat», a souligné le premier ministre Justin Trudeau en annonçant, mercredi, un assouplissement des critères d’admissibilité au programme. 

Il a précisé, dans son point de presse quotidien, que les travailleurs saisonniers et les chômeurs ayant récemment épuisé toutes leurs prestations d’assurance-emploi pourront ainsi toucher la Prestation canadienne d’urgence (PCU). 

Selon les critères initialement annoncés, seuls les travailleurs n'ayant aucun revenu pendant au moins 14 jours consécutifs avaient droit à la PCU. Cette aide fédérale offre aux prestataires 2000 $ mensuellement pour une durée de quatre mois. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

M. Trudeau a par ailleurs indiqué que les artistes pourront exclure du calcul de leurs revenus les redevances de droits d’auteur qu'ils touchent pour du travail effectué avant la crise. Cela permettra donc à davantage d’intervenants du milieu culturel de se qualifier pour la PCU. 

«En ces moments anxieux, les artistes continuent à nous faire réfléchir, à nous faire rêver et à mettre un peu de soleil dans nos quotidiens. Nous leur en sommes toujours reconnaissants», a dit le premier ministre. 

Les personnes nouvellement admissibles à cette aide fédérale pourront commencer à s’inscrire auprès de l’Agence du revenu du Canada ou de Service Canada à compter de jeudi. 

  

Quels coûts associés à la PCU élargie?  

Ottawa n’était pas en mesure de chiffrer le coût total de la PCU avec les critères d’admissibilité assouplis, mercredi. Les dépenses associées au programme étaient d’abord estimées à 24 milliards $. 

La ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough, a fait valoir qu’il est trop tôt pour savoir combien de nouvelles personnes se qualifieront à cette aide fédérale. 

«Nous ne connaissons pas encore le [niveau] de recours à de la subvention salariale», a-t-elle dit en référence à un autre programme fédéral qui n’a pas encore été officiellement lancé. Ce dernier, entériné par le Parlement samedi, vise à couvrir jusqu’à 75 % du salaire des employés d’entreprises touchées par la COVID-19, jusqu’à hauteur de 847 $ par semaine. 

«Nous voulons vraiment que les employeurs réembauchent leur personnel et que les gens passent de la PCU à la subvention salariale», a ajouté la ministre Qualtrough. 

Les inscriptions à la PCU ont débuté la semaine dernière. Ottawa a reçu six millions de demandes et 5,4 millions avaient été traitées en date de mardi, selon les dires du président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos.  

  • ÉCOUTEZ l'analyse du point de presse par Vincent Dessureault, sur QUB radio:   

  

Bonifier le salaire des travailleurs essentiels  

Ottawa a également annoncé qu'il travaillera avec les provinces pour augmenter temporairement le salaire des travailleurs essentiels qui gagnent moins de 2500 $ par mois. La mesure, dont les détails doivent encore être ficelés, visera les employés de première ligne des hôpitaux, les travailleurs des centres pour personnes âgées et ceux qui travaillent dans l’approvisionnement alimentaire. 

Le gouvernement du Québec a déjà agi à ce chapitre en indiquant qu'il allait verser, à partir de la fin mai, 400 $ par mois aux travailleurs essentiels à faible revenu. 

Appelée à dire si Québec pourra tout de même bénéficier de l'aide financière fédérale, la vice-première ministre Chrystia Freeland est demeurée vague. 

«Le Québec a donné un bon exemple au fédéral et à toutes les autres provinces et, évidemment, il ne sera pas pénalisé pour l’avoir déjà fait», a-t-elle offert comme réponse.