/opinion/columnists
Navigation

Une dictature dangereuse

TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Quand j’ai lu la nouvelle, je croyais que c’était une mauvaise blague. 

Eh bien, non. C’est vrai. 

Les fameux « marchés humides », qui vendent des pangolins, des chauves-souris et toutes sortes d’autres bêtes exotiques et qui sont à l’origine de l’actuelle pandémie qui menace la planète tout entière, ont rouvert leurs portes en Chine. 

BUSINESS AS USUAL 

Un nombre sans cesse croissant de scientifiques (dont le docteur Anthony Fauci et la responsable de la biodiversité à l’ONU) ont beau demander la fermeture de ces nids à virus, rien n’y fait. 

Leurs propriétaires continuent de vendre leurs bestioles dans des conditions toujours aussi insalubres. 

Comme l’a écrit l’essayiste française Caroline Fourest : « Nous ne savons toujours pas combien de morts la Chine a caché au monde. Mais nous savons que les marchés aux animaux vivants, ces foyers d’épidémie, ont repris comme si de rien n’était. 

Demain, il faudra demander des comptes à ce grand pays. Pour qu’une tradition culturelle ne puisse plus nous mettre en danger. » 

Découragé de voir que la Chine ne faisait rien pour empêcher la réouverture de ces marchés qui sont de véritables bombes biologiques, l’humo-riste américain Bill Maher n’a pas mâché ses mots, vendredi dernier, à l’émission d’affaires publiques qu’il anime sur les ondes de HBO. 

« On parle ici d’une dictature qui a construit un hôpital en 10 jours. Qui a érigé un gratte-ciel de 57 étages en 19 jours. Et qui a imposé pendant des décennies une politique d’enfant unique à toute sa population, sous peine de stérilisation forcée.  

Et ils ne sont pas capables de fermer ces marchés ? Vraiment ? » 

RACISTE ? 

Oh, je sais ce que certains petits lapins vont dire. 

« C’est mal de viser ainsi la Chine. C’est raciste ! » 

C’est ce qu’un commentateur du Devoir a écrit il y a quelques jours : « Il y a des gens qui, n’ayant rien de mieux à faire apparemment ces jours-ci, se sont mis à en appeler à haïr la Chine, à affirmer qu’il faut la faire payer. » 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Euh... Oui ! J’espère qu’on va demander des comptes à la Chine, qui a sciemment menti à la face du monde et qui nous a tous foutus dans le pétrin ! 

Quand on dit que les Américains polluent, qu’ils surconsomment, qu’ils entretiennent une relation tordue avec leurs armes à feu, qu’ils se nourrissent mal et qu’ils sont fascinés par le fric, le succès et la gloire, à un point tel qu’ils ont voté pour un milliardaire qui animait une émission de télé-réalité, est-ce raciste ?  

Non. Ce sont des faits. 

Eh bien, même chose avec la Chine. Je ne sais pas pourquoi on devrait mettre des gants blancs quand vient le temps de critiquer le régime dictatorial de Xi Jinping.  

Bien sûr qu’il ne faut pas blâmer tous les Chinois qu’on croise dans la rue ! Mais ce n’est pas parce qu’il y a des idiots racistes qui ne comprennent rien à rien qu’il faut s’empêcher de critiquer la Chine ! 

C’est le régime russe qui est responsable de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl et c’est la Chine qui est responsable de la pandémie de COVID-19.  

UN BOYCOTTAGE ? 

Personnellement, ce n’est pas demain la veille que je vais acheter un produit « Made in China. »