/finance/business
Navigation

Amazon en plein recrutement au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les commerces d’ici licenciaient leurs employés parce que le Québec était mis sur pause, Amazon était à la recherche de 150 commis pour son entrepôt de Lachine.  

« Amazon embauche immédiatement plus de 150 commis d’entrepôt permanents à temps plein à Montréal (Lachine). Il s’agit d’une occasion unique de démarrer une carrière avec l’un des plus grands détaillants au monde ! » pouvait-on lire mercredi sur le site de recrutement Adecco dans une publication du 24 mars.  

En novembre, quand Amazon a annoncé la construction de son premier centre d’expédition au Québec, à Lachine, sa mairesse, Maja Vodanovic, avait précisé au Journal que le géant n’avait eu « aucun bonbon » fiscal pour établir son centre de 38 M$.  

16 $ l’heure  

Au Québec, les commis de l’entrepôt d’Amazon se voient offrir, en commençant, 3,50 $ l’heure de plus que le salaire minimum de 12,50 $ dans la province.  

« Le salaire pour le poste de commis d’entrepôt débute à 16 $/h plus une prime pour le quart de nuit. Aucune expérience de travail spécifique n’est requise. Aucun CV nécessaire et aucune entrevue ! » indique l’annonce de la firme Adecco.  

Ce recrutement intensif survient alors qu’Amazon vient d’annoncer, mercredi, la fermeture de ses sites en France pour cinq jours après été forcée par la justice de se limiter à l’envoi de produits essentiels.  

Mardi dernier, Amazon s’est aussi retrouvée au cœur d’une controverse aux États-Unis après avoir licencié trois travailleurs qui auraient critiqué leurs conditions de travail, selon Reuters.  

« Nous avons entendu de nombreux travailleurs dire qu’à la vitesse à laquelle Amazon gère ses centres de distribution, cela ne permet pas une distanciation sociale appropriée. Nous avons entendu des rapports d’allées tellement encombrées que les travailleurs entrent en contact les uns avec les autres », a indiqué au Journal Gagandeep Kaur, organisatrice de Warehouse Workers Center (WWC), qui aide les travailleurs d’entrepôt au Canada.  

Jointe par Le Journal, Amazon n’a pas répondu à notre demande d’entrevue mercredi.  

- Avec la collaboration de Guillaume St-Pierre