/news/politics
Navigation

COVID-19: l’opposition pourra questionner le gouvernement Legault de façon virtuelle

pavillon d accueil parlement
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Les partis d’opposition à Québec pourront finalement questionner le gouvernement Legault sur sa gestion de la crise de la COVID-19, lors de séances virtuelles, dès la semaine prochaine.  

C’est ce qu’a confirmé le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette. Cette décision a été approuvée par les leaders des partis d’opposition.   

Ces périodes d’échanges avec les ministres dans le cadre de commissions parlementaires virtuelles se tiendront du 24 avril au 1er mai. L’horaire doit être rendu public sous peu.   

  • Écoutez l'entrevue du chef du Parti Québécois Pascal Bérubé avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Une séance de deux heures est entre autres prévue entre les députés de l’opposition et la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.   

Les ministres de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, et le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, seront quant à eux entendus individuellement lors d'audiences d'une heure.   

«Cette entente permet au gouvernement de demeurer mobilisé et de concentrer ses efforts pour gérer la crise de santé publique et assurer la sécurité des Québécois», a indiqué par voie de communiqué Simon Jolin-Barrette, qui est aussi ministre de l’Immigration.   

«Pour les députés d’opposition qui sont également en contact quotidien avec leurs concitoyens, poser des questions et proposer des pistes de solutions aux ministres qui gèrent la crise n’est pas un luxe ou un caprice, c’est l’essence même de notre démocratie, a expliqué Marc Tanguay, leader parlementaire de l’opposition officielle. La technologie permet très facilement des échanges au sujet de décisions majeures prises par le gouvernement.»   

«C’est une excellente nouvelle pour la démocratie québécoise. De grands débats de société s’amorcent, il fallait trouver une manière de les entamer tout en respectant les directives de la santé publique. Suite à la demande commune des partis d’opposition, nous y sommes arrivés», s’est réjoui le leader parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, sur Twitter.      

  • ÉCOUTEZ le commentaire de Caroline St-Hilaire à QUB radio:   

«Avec ces séances de commission parlementaire en ligne, nous pourrons continuer à proposer des solutions constructives pour lutter contre la pandémie, et nous assurer que les mesures mises en place par le gouvernement sont les meilleures possible», a indiqué le leader parlementaire du troisième groupe d'opposition, Martin Ouellet.   

Par ailleurs, la date de reprise des travaux parlementaires a été reportée vendredi au 5 mai, en raison de la pandémie de COVID-19. Les travaux de l’Assemblée nationale sont suspendus depuis le 17 mars. Une première date butoir était fixée au 21 avril, mais la situation n’est pas jugée propice pour un retour en Chambre. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.