/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: 4,5 milliards d’humains en confinement

COVID-19: 4,5 milliards d’humains en confinement
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Paris | Au moins 4,5 milliards de personnes dans 110 pays ou territoires sont contraintes ou incitées par leurs autorités à rester confinées chez elles pour lutter contre la propagation de la COVID-19, selon un comptage réalisé vendredi à partir d’une base de données de l’AFP. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Cela représente près de six humains sur dix (environ 58%), la population mondiale étant évaluée par l’ONU à 7,79 milliards de personnes en 2020. 

Les mesures de confinement font tache d’huile depuis la mi-mars. Les 500 millions de confinés ont été dépassés le 18 mars, le milliard le 23 mars, les deux milliards le 24 mars, les trois milliards le 25 mars et les quatre milliards le 7 avril. Ce vendredi, ce sont au moins 4,5 milliards de personnes, dans 110 pays et territoires, qui sont appelées à rester chez elles. 

La plupart - au moins 2,93 milliards d’habitants dans 66 pays et territoires - font l’objet d’un ordre de confinement obligatoire. 

Aucune région du monde ne fait exception: l’Europe (Royaume-Uni, France, Italie, Espagne, une large partie de la Russie...), l’Asie (Inde, Ouzbékistan, Jakarta en Indonésie, Népal, Sri Lanka, la moitié des Philippines...), le Moyen-Orient (Irak, Arabie saoudite, Jordanie, Liban, Israël...), l’Afrique (Afrique du Sud, Maroc, les principales villes nigérianes, Zimbabwe, Rwanda...), l’Amérique (une large partie des États-Unis, Colombie, Argentine, Venezuela, Pérou, Bolivie...) ou encore l’Océanie (Nouvelle Zélande). 

Le Malawi et l’État de Khartoum, au Soudan, les rejoindront à partir de samedi. 

Dans la plupart des cas, il est tout de même possible de sortir de chez soi pour travailler, acheter des produits de première nécessité ou se soigner.  

D’autres territoires (au moins 15 concentrant 1,03 milliard d’habitants) appellent leur population à rester chez elle, sans toutefois prendre de mesures coercitives. C’est notamment le cas du Mexique, d’une large partie du Brésil, du Japon, de l’Iran, de l’Allemagne, de la Suisse, de l’Ouganda et du Canada. 

Au moins 25 nations ou territoires (environ 500 millions d’habitants) ont mis en place des couvre-feux, interdisant les déplacements en soirée et pendant la nuit. Cette modalité est très répandue en Afrique (Égypte, Kenya, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Mali, Sénégal, Guinée, Togo, Sierra Leone, Mauritanie, Gabon) et en Amérique latine (Chili, Guatemala, Équateur, République dominicaine, Panama, Porto Rico). 

Ailleurs dans le monde, la Thaïlande, la Syrie, la Serbie ou le Koweït en ont également instauré. 

Enfin, au moins quatre pays ont mis leurs principales villes en quarantaine, avec interdiction d’y entrer et d’en sortir. C’est le cas de Kinshasa (RDC), d’Almaty et Nur-Sultan (Kazakhstan) ou encore de Bakou (Azerbaïdjan). 

À l’image de la ville de Wuhan, berceau de la pandémie qui a levé ses mesures de confinement le 8 avril (à l’exception de plusieurs quartiers), certains territoires commencent à envisager un déconfinement, notamment en Europe. La République tchèque prévoit une levée progressive du confinement à partir de lundi, la Suisse à partir du 27 avril, l’Italie à partir du 4 mai, la France à partir du 11 mai.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.