/news/politics
Navigation

COVID-19: le lobby pétrolier tenterait de profiter de la pandémie

Oil refinery on a background of nature, Burrard Inlet and mountain view
Alex Lyubar - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le plus important lobby pétrolier au Canada tenterait de profiter de la pandémie de la COVID-19 pour demander au gouvernement fédéral de suspendre des dizaines de réglementations, de lois et de politiques environnementales. 

Selon Environmental Defence, un groupe qui milite pour l’environnement, toutes ces demandes seraient comprises dans un document secret de 13 pages, daté du 27 mars et acheminé par l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) au ministre des Ressources naturelles, Seamus O’Regan. 

Environmental Defence a rapporté vendredi que les demandes de l’ACPP viseraient notamment à ce que la norme sur les carburants propres qui est en cours d’élaboration pour réduire les émissions de carbone et la pollution atmosphérique ne soit pas finalisée; que les réglementations fédérales sur le méthane soient retardées ou qu’on laisse les réglementations provinciales faibles prendre leur place; que les engagements du gouvernement de réformer la Loi canadienne sur la protection de l’environnement soient annulés ou, encore, que l’augmentation prévue du prix fédéral sur le carbone soit suspendue. 

Plus de 30 demandes auraient ainsi été faites au gouvernement Trudeau, qui a promis en campagne électorale de faire du Canada un pays carboneutre d’ici 2050. 

Environmental Defence demande d’ailleurs au premier ministre Justin Trudeau et à son équipe gouvernementale de rejeter publiquement les demandes du groupe de pression pro pétrolier et pro gazier. 

«Le gouvernement doit défendre les Canadiens et refuser d'accorder à l'industrie des combustibles fossiles des exceptions spéciales aux règles qui nous protègent», a dit vendredi Tim Gray, directeur général d’Environmental Defence, par communiqué. 

«La pandémie de COVID oblige le gouvernement fédéral à offrir son soutien aux particuliers et aux entreprises, mais cela ne signifie pas pour autant que les lois créées pour protéger la santé des Canadiens ou notre environnement doivent être supprimées», a ajouté M. Gray.