/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Oka sera fermée aux touristes grâce aux Mohawks

Archives
MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL Archives

Coup d'oeil sur cet article

Pour éviter l’afflux de touristes, le maire d’Oka, dans les Laurentides, a autorisé les Mohawks de Kanesatake à bloquer l’accès à sa municipalité dès le début de la semaine prochaine.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus   

Au départ, le Conseil mohawk de Kanesatake entendait seulement assurer une surveillance à l’entrée de son territoire. Mais comme Oka entoure Kanesatake, le maire de l’endroit, Pascal Quevillon, a conclu qu’il valait mieux que le Conseil mohawk s’occupe de la surveillance de sa municipalité également.     

«On partage les mêmes commerces. Si un visiteur vient à l’épicerie, il peut contaminer autant Oka que Kanesatake. Cette initiative est donc dans l’intérêt des deux communautés», a expliqué M. Quevillon.     

Il y a deux semaines, bien avant de s’entendre avec le Conseil mohawk, Oka avait amorcé des démarches auprès des autorités pour que la Sûreté du Québec installe un poste de contrôle à l’entrée du village.     

Or, ni le CISSS des Laurentides ni la ministre responsable de la région, Sylvie D’Amours, n’ont accepté cette demande, à la grande déception du maire Quevillon.     

«C’est certain que si nous on avait fait notre propre barrage, on aurait été dans l’illégalité. Mais les Mohawks, eux, ont le droit. Tant mieux dans cette situation-ci!» s’est réjoui le premier magistrat d’Oka.     

«La seule chose qu’on a demandée [au Conseil mohawk], c’est de faire ça dans les règles de l’art du ministère des Transports: avec des dossards, pas de drapeaux, pas de camions qui bloquent la route», a-t-il ajouté.     

S’il tient tant à contrôler l’accès à sa municipalité, c’est que plusieurs Montréalais sont venus se promener à Oka pour le plaisir ces derniers jours, même si les déplacements non essentiels sont proscrits par la santé publique.     

Avec l’arrivée du beau temps, le maire d’Oka craint qu’il y ait encore plus de visiteurs.     

«On est à 30-40 minutes de Laval et de Montréal et on sait que plus de la moitié des cas au Québec sont là-bas», a défendu M. Quevillon pour légitimer l’urgence d’installer des points de contrôle à Oka.     

En tout, ce sont cinq barrages qui seront érigés en début de semaine sur le territoire. Pour le moment, le Conseil mohawk de Kanesatake est à la recherche de surveillants, pas nécessairement autochtones. Une offre d’emploi a été partagée en début de soirée, vendredi, sur les réseaux sociaux.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.