/lifestyle/psycho
Navigation

David Saint-Jacques, Mylène Paquette & Bernard Voyer: voici les conseils des pros du confinement

David Saint-Jacques, Mylène Paquette & Bernard Voyer: voici les conseils des pros du confinement
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Dans les dernières semaines, Le Journal s’est entretenu avec quatre personnalités québécoises qui ont accompli différents exploits en solo ou à des milliers de kilomètres de leurs proches. L’astronaute David Saint-Jacques, la navigatrice Mylène Paquette ainsi que les aventuriers Frédéric Dion et Bernard Voyer ont tous vaincu la solitude. Voici leurs trucs pour surmonter le confinement engendré par la COVID-19. 

1. Se concentrer sur le présent 

Lors de leurs expéditions, Frédéric Dion, Mylène Paquette et Bernard Voyer n’avaient aucun contrôle sur la météo. Ils ont donc appris à en tirer profit.  

« Souvent, quand il y a une tempête, je suis confiné à ma tente, alors c’est une journée de repos. Actuellement, ça peut être une occasion de se reposer, de baisser le niveau de stress dans nos vies et de revenir à l’essentiel », suggère M. Dion. 

Sur l’Atlantique, Mylène Paquette se concentrait toujours sur la prochaine tâche à accomplir pour passer à travers ses journées. 

David Saint-Jacques, Mylène Paquette & Bernard Voyer: voici les conseils des pros du confinement
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

« Quand on regarde toujours dans des jumelles, ça peut être accaparant. On ne sait pas quand ça va finir [le confinement], c’était comme mon aventure. Je ne savais pas si j’allais me rendre, ni quand », décrit-elle. 

À l’intérieur de la station spatiale internationale, David Saint-Jacques s’inspirait quant à lui d’un graffiti, qui disait ceci : « Il n’y a rien de plus important que ce que tu fais en ce moment ». 

« Peu importe ce que tu fais, fais-le bien », résume-t-il. 

Bernard Voyer, lui, se répétait souvent cette maxime pour poursuivre ses aventures. 

« Le pas qui est fait n’est plus à refaire, fait-il valoir. Et la trace qu’on a laissée derrière nous appartient. Il faut être fier de ce qu’on a réalisé. » 

David Saint-Jacques a passé 204 jours dans l’espace, à bord de la Station spatiale internationale.
Photo d'archives
David Saint-Jacques a passé 204 jours dans l’espace, à bord de la Station spatiale internationale.

2. Se bâtir une routine 

Pour David Saint-Jacques, le confinement actuel comporte des similarités avec son travail d’astronaute.  

« On est tous dans notre petit vaisseau spatial familial », illustre-t-il. 

Dans l’espace, le Québécois s’organisait toujours une routine quotidienne. 

« La semaine, ça ne doit pas être la même chose que la fin de semaine. Souvent, la vie nous impose une routine, là, il faut travailler dessus [pour la définir] », souligne-t-il. 

Si on veut surmonter la solitude, il faut devenir maître du temps, affirme Bernard Voyer. 

« Se lever à la même heure, se coucher à la même, répéter les mêmes choses à peu près aux mêmes heures : dans la situation où on est, ça amène de la légèreté et de l’assurance », explique-t-il. 

Diviser ses projets en petites étapes simples peut faciliter leur réalisation. En d’autres termes, vaut mieux se concentrer sur chaque pas accompli que sur le sommet de la montagne.  

« Ce qui m’intéresse dans l’aventure, c’est le chemin parcouru, pas la destination », explique Frédéric Dion. 

Bernard Voyer a fait de nombreuses expéditions dans les coins les plus arides de la planète.
Photo d’archives
Bernard Voyer a fait de nombreuses expéditions dans les coins les plus arides de la planète.

3. Choisir les pensées positives 

En temps difficiles, il faut tenter de cultiver la meilleure attitude possible et voir le côté positif de la situation. 

« Une chose que j’ai apprise sur l’océan, c’est que la seule chose que l’on contrôle c’est l’attitude qu’on choisit d’adopter face à tout ce qui nous arrive », philosophe Mylène Paquette.   

Pour Frédéric Dion, on doit commencer par donner un sens à ce que l’on vit. « Ceux qui vont le mieux s’en sortir sont ceux qui vont s’être donné une mission. C’est une super belle occasion de faire ce qu’on n’a jamais le temps de faire », illustre-t-il. 

Toujours se remémorer le but de la mission aidait notamment David Saint-Jacques lors de son périple dans l’espace.  

« On fait des sacrifices, mais ce qu’on fait en ce moment, c’est pour protéger les plus vulnérables », rappelle-t-il. 

Bernard Voyer aime quant à lui remettre les choses en perspective pour voir le bon côté du confinement. 

« Quelques semaines ou quelques mois dans une vie, ce n’est pas si long que ça, quand on y pense. On dort le tiers de notre vie ! » laisse-t-il tomber. 

Frédéric Dion a parcouru l’Antarctique en solitaire durant 54 jours.
Photo d’archives
Frédéric Dion a parcouru l’Antarctique en solitaire durant 54 jours.

4. Garder contact avec l’extérieur 

Il est particulièrement important de maintenir des liens sociaux avec les autres, que ce soit par l’entremise du téléphone ou d’internet. Cela aide à ne pas sombrer dans l’ennui et les idées noires.  

Pendant les moments les plus difficiles de sa traversée, Mylène Paquette discutait avec son équipe au sol. 

« En ventilant sur ce que j’étais en train de vivre, ça faisait du bien. Et celui qui reçoit l’information doit apprendre à écouter et ne pas bombarder l’autre de conseils », mentionne-t-elle. 

David Saint-Jacques suggère quant à lui de communiquer avec l’extérieur plus qu’on le ferait normalement. Lors de ses sept mois en orbite, il parlait à sa conjointe quotidiennement.  

« Écouter les autres, ça amène une spirale positive. Il faut aussi bien désamorcer la moindre tension qu’il peut y avoir », note-t-il.