/lifestyle/psycho
Navigation

Le confinement en famille: un incubateur de conflits

Upset mother forced to work from home as the pandemic coronavirus (COVID-19) forces many employees to work from home.
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La vie de famille est l’un des lieux par excellence où l’on observe des tensions... et c’est tout à fait normal. Après tout, chacun doit partager le même espace, avec des valeurs, des responsabilités et des besoins distincts qui souvent s’entrechoquent. Alors que les sources de stress sont encore plus nombreuses en cette période de pandémie, la famille se côtoie toute la journée en raison du confinement, et ce, pour une période de temps importante. Dans un tel contexte, comment éviter qu’un désaccord non résolu ne dégénère en conflit ?  

La tempête parfaite pour les tensions familiales 

Qu’elles découlent de problèmes de santé, de stress financier, ou des impacts du confinement, les sources de stress sont actuellement beaucoup plus importantes qu’en temps normal pour la très grande majorité des Québécois. 

Nos capacités d’adaptation et notre patience sont alors mises à rude épreuve : sous l’effet du stress, on éprouve plus de difficulté à écouter, on arrive plus difficilement à communiquer, on devient plus rigide... et on se dispute plus facilement. 

Le fait qu’un jeune ne range pas sa chambre malgré les demandes répétées du parent, combiné au fait de ne pas pouvoir en discuter sans « sauter une coche », risque alors de transformer un simple différend en réel conflit !

Conditions gagnantes

Dans de telles circonstances, il est toutefois possible de mettre en place certaines stratégies qui permettront de favoriser l’échange et l’écoute. 

Tout d’abord, il est important d’attendre que la poussière soit retombée et que chacun ait retrouvé son calme, et ce, avant même d’entamer cette discussion. Ensuite, il est important de reconnaître le stress important que chacun peut vivre présentement, et que la source même de ce stress peut être différente pour chacun. 

Tout au long de cette discussion, l’écoute demeurera primordiale, d’autant plus qu’un niveau élevé de stress met à mal notre capacité d’écoute. 

Solutions réelles... et durables

Une fois ces conditions réunies, chacun peut aborder le sujet de discorde en s’en tenant à ce différend, et sans revenir dans le passé. 

Cette démarche doit se dérouler dans un climat de confiance, où chacun veut le bien de l’autre. Il est souhaitable que chacun puisse expliquer le problème auquel il fait face, sans prêter d’intention, ni encore faire porter le blâme à l’autre, sans quoi l’autre risque de monter la garde plutôt que d’écouter. Il est aussi très utile de reformuler les demandes de chacun, afin de s’assurer que chacun comprenne bien le point de vue de l’autre. Une fois le problème bien défini, il devient alors possible de déterminer ce sur quoi on s’entend, ce sur quoi on ne s’entend pas, et de chercher alors à trouver, ensemble, des solutions. 

Durant cet échange, il faut faire preuve d’ouverture, accepter toutes les idées, et aussi en suggérer de nouvelles. Il faut ensuite tenter de trouver un vrai compromis qui saura satisfaire – réellement – les deux parties. Une fois cette solution identifiée, on la met en place, on évalue la situation, et on apporte les correctifs au besoin. Comme les solutions qui aident à désamorcer un conflit ne sont ni magiques ni permanentes, il sera également important de réévaluer celles-ci face à de nouvelles réalités, par exemple lorsque les directives en ce qui a trait au confinement évolueront.

Des apprentissages pour la vie 

La vie de famille, et encore davantage en contexte de confinement, force la collaboration de tous. Quand chacun y met du sien, le quotidien devient alors beaucoup plus agréable pour tout le monde, les parents, mais aussi les enfants et les adolescents. 

Bien qu’elles ne soient jamais agréables, il ne faut pas oublier que les tensions sont aussi des occasions de développer nos habiletés de communication, et d’empathie. La famille devient alors un espace où chacun peut découvrir ses forces et faiblesses.

Parmi les choses apprises durant cette période inusitée – qui, bien que difficile, est temporaire –, notre capacité à comprendre l’autre, à résoudre des conflits et à s’adapter n’en sera que plus grande et saura nous servir durant toute notre vie.