/news/coronavirus
Navigation

Triste journée pour les préposés aux bénéficiaires

La sexagénaire décédée était une femme dévouée au bien-être des résidents

Coup d'oeil sur cet article

Une première préposée aux bénéficiaires décrite comme une femme qui avait le cœur sur la main est décédée vendredi, « une grande perte » pour le milieu, soutiennent des collègues.   

• À lire aussi: [EN DIRECT SAMEDI 18 AVRIL] Tous les développements de la pandémie   

• À lire aussi: CHSLD Herron: presque tous les résidents infectés par le virus  

« C’était vraiment une bonne préposée aux bénéficiaires. [...] Elle avait du cœur. Elle était tout le temps ici, souligne une collègue de Victoria Salvan. C’était une bonne vivante, et une bonne personne. Elle nourrissait tout le monde, elle était généreuse. Elle pensait à tout le monde, sauf à elle. »   

Victoria Salvan
Photo tirée de Facebook
Victoria Salvan

Tous la décrivaient comme une femme formidable. Questionnés par Le Journal, ses collègues n’ont pas voulu dévoiler leur nom, par crainte de représailles.    

La femme d’origine philippine est décédée vendredi des suites de la COVID-19 à son domicile. Elle travaillait dans la « zone chaude » du CHSLD Grace Dart, où il y avait, en date de samedi, 62 patients infectés sur 256 résidents.    

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Michel Lemelin, président et directeur général de la Fédération professionnelle des préposés aux bénéficiaires, à QUB Radio:

Elle travaillait au CHSLD depuis au moins 25 ans selon le Syndicat canadien de la fonction publique. Elle était à quelques mois de sa retraite, ajoute sa collègue.   

Celle qui était décrite comme la maman de son unité était dévouée à son métier, et pouvait faire des quarts de travail de 16 heures, trois ou quatre fois par semaine, pour payer l’université à ses deux fils.    

« Elle parlait beaucoup de ses deux fiertés », ajoute une seconde collègue.   

Le CHSLD Grace Dart, où travaillait Victoria Salvan.
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Le CHSLD Grace Dart, où travaillait Victoria Salvan.

Dormir au travail  

Il lui arrivait même de dormir sur son lieu de travail, au lieu de retourner chez elle le soir, confie la première.    

 « Elle était toujours de bonne humeur, même si elle faisait double [quart de travail], après double, se rappelle un troisième collègue, qui travaille avec elle depuis une dizaine d’années. C’était une des meilleures. »   

C’est pratiquement celle que tous appelaient « Vicky » qui l’a formé, se souvient ce préposé aux bénéficiaires.    

« Elle nous enseignait surtout à travailler en équipe », évoque-t-il, en soulignant que la sexagénaire avait pris l’initiative de l’aider à ses débuts, alors qu’il avait un peu de difficulté à soutenir la pression.    

Si ses collègues déplorent la perte immense, ils espèrent que la mort de leur collègue fera bouger les choses.   

« Elle n’avait pas à mourir, dit le préposé, dénonçant notamment le manque d’équipement. C’est comme envoyer un soldat au front sans fusil, avec un couteau à beurre. »   

C’est une triste journée, affirme pour sa part Michel Lemelin, président et directeur général de la Fédération professionnelle des préposés aux bénéficiaires du Québec.    

« Les préposés sont malheureusement les plus à risques par rapport à tous les autres. On est 80 à 90 % du temps auprès du patient, explique-t-il. On souhaite exprimer nos plus sincères condoléances à la famille de la préposée, ainsi qu’à ses collègues. »  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres