/misc
Navigation

Les incohérences de Trump menacent l’économie américaine

Le président Trump lors de son point de presse quotidien.
Photo AFP Le président Trump lors de son point de presse quotidien.

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de décès dus au coronavirus dépasse 38 000 aux États-Unis et continue sa progression. Malgré cela, des partisans de Trump ont manifesté dans les capitales de plusieurs États pour protester contre les mesures de lutte contre le virus décrétées par des gouverneurs démocrates. Certains étaient armés et brandissaient des drapeaux confédérés.

Les manifestants, dont beaucoup portaient des casquettes Donald Trump, défiaient les ordres de confinement, ne portaient pas de masques et ne respectaient pas les règles de distanciation. Il ne venait pas à l’esprit de ces idiots qu’ils mettaient ainsi leur vie et celle de leurs proches en danger. Trump a qualifié les participants à ces ahurissantes manifestations de stupidité sociale de «personnes très responsables».

Un jour après avoir renoncé au pouvoir «total» qu’il prétendait avoir pour gérer la crise de la COVID-19 et déclaré que c’était aux gouverneurs des États de prendre de telles décisions, il prend une initiative contraire. Dans une volée de tweets, il proteste contre les règles de confinement et incite ses partisans à «libérer» le Michigan, le Minnesota et la Virginie. Dans ce dernier cas, pour protéger le second amendement à la constitution – le droit de porter des armes – qui était, selon lui, menacé dans cet État. Sa sortie surprenante a, encore une fois, amené des commentateurs à se poser des questions sur sa santé mentale.

Son principal expert en matière de maladies infectieuses, le Dr Anthony Fauci, venait tout juste de déclarer qu'un déconfinement trop rapide pour relancer l'économie entraînerait une nouvelle flambée d’infections virales.

Plusieurs gouverneurs américains, dont le démocrate de Virginie, Ralph Northam, et le républicain du Maryland, Larry Hogan, ont accusé Donald Trump de faire des déclarations «délirantes» et «dangereuses» pour faire annuler les mesures de confinement.

Ces gouverneurs affirment que le programme en trois phases de Trump pour assouplir les restrictions de confinement est dangereux pour l’économie et pour la santé publique s’il n’est pas accompagné d’un système généralisé de tests efficaces qui n’existe pas présentement et que les États-Unis sont, pour l’instant, incapables de mettre en place.

Le New York Times rapporte que des chercheurs de l'Université Harvard ont suggéré que les États-Unis devraient effectuer plus de trois fois le nombre de tests de dépistage du coronavirus qui sont réalisés actuellement pour créer les conditions sécuritaires pour un déconfinement.

L’échappée de Trump, il faut le dire, ne concernait pas vraiment les mesures de sécurité contre le coronavirus. Elle n’était destinée qu’à mobiliser et à stimuler sa base électorale dans des États stratégiques et à nuire politiquement aux gouverneurs démocrates qui les dirigent.

À huit exceptions près, tous les États américains ont émis des ordonnances de confinement à domicile. Et les quelques États ruraux qui ne l’ont pas fait ont connu une augmentation significative de cas de COVID-19.

Les sondages montrent que la grande majorité des Américains veulent que le déconfinement se fasse lentement et soigneusement. Selon Gallup, plus de 70% d’entre eux aimeraient voir ce qui va se passer avec la propagation du virus avant d’aller de l’avant avec le programme de Trump. Ils sont seulement 20% à vouloir une reprise immédiate de leurs activités normales. Les républicains et les ruraux sont plus favorables à une relance rapide que les démocrates qui, eux, vivent dans des villes où le virus se propage plus facilement. Mais aucun sondage n’indique qu’une majorité républicaine est en faveur d'une reprise accélérée des activités économiques.

Ce qui effraie les économistes et le monde des affaires, c'est qu'une relance brusquée mène à une nouvelle éclosion de COVID-19. Un nouveau freinage catastrophique dû à une remontée des contaminations risquerait de provoquer des faillites en chaîne.

Cela vaut également pour le Canada. Lorsqu'on a demandé à Justin Trudeau dans quelles conditions pourrait avoir lieu la reprise des activités économiques, il a déclaré qu’on devrait assister à une baisse des cas de coronavirus, à l’introduction de tests de dépistage et à la création d’un système permettant de suivre la filière des contaminations.