/news/currentevents
Navigation

Nouvelle-Écosse: le tueur était un obsédé de la police

Gabriel Wortman
Photo AFP Gabriel Wortman

Coup d'oeil sur cet article

L’homme de 51 ans qui est soupçonné d’avoir abattu 16 personnes en Nouvelle-Écosse semblait être un fou d’objets liés à la police.  

• À lire aussi: La fusillade la plus meurtrière de l’histoire du Canada  

• À lire aussi: Un visage sur la policière qui a perdu la vie  

Gabriel Wortman les collectionnait en plus de retaper de vieilles voitures de police, selon plusieurs sources du «Globe and Mail». «Il était de ces gens bizarres, il se vouait aux objets souvenirs de la police», a dit Nathan Staples au quotidien torontois. Le suspect qui a été tué lui avait même offert de lui acheter une vieille voiture de police qu’il possédait.    

  • Écoutez l'entrevue du journaliste du Chronicle Harald Willy Palov avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

M. Staples a précisé que le denturologiste était obsédé par la police et que sa demeure de Portapique était un «sanctuaire» en hommage à la Gendarmerie royale du Canada.    

   

  • ÉCOUTEZ la chronique judiciaire de Félix Séguin à QUB Radio:   

  

Un client du tireur a dit sur Facebook que Gabriel Wortman lui avait parlé de son passe-temps d’acheter des vieilles voitures de police dans des encans lorsqu’il lui avait traité les dents en janvier.    

«Il m’a montré des photos de l’auto-patrouille qu’il avait refaite, a écrit Billy Swiminer. Elle était exactement comme une voiture de police de la GRC, et il avait l’uniforme pour aller avec!»    

Même si les motivations du tueur n’ont pas encore été étayées, il semble qu’il avait planifié son coup, puisqu’il aurait utilisé une voiture ressemblant à s’y méprendre aux véhicules de la GRC dans sa cavale meurtrière.    

«Le fait que cet individu portait un uniforme et avait un véhicule à sa disposition montre que ce n’était pas un acte fait au hasard», a mentionné le superintendant de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Chris Leather.    

Le suspect possédait une clinique à Halifax qui avait dû être fermée temporairement en raison de la COVID-19. Selon ses voisins consultés par le «Globe», il était affecté par cette fermeture ainsi que par des problèmes d’alcool.