/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Céline contre le virus

US-GLOBAL-CITIZEN-TOGETHER-AT-HOME
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

« WOW ! Notre Céline pour la lutte contre la COVID-19 ! #Fierté »

C’est ce que François Legault a tweeté samedi soir quand Céline Dion a clôturé le spectacle télévisé One world : together at home, initié par Lady Gaga.

WOW ! En effet. C’était impressionnant de voir notre reine couronner ce spectacle anti-coronavirus.

Mais je n’ai pas pu m’empêcher, tout le long, de ressentir un gros malaise. C’est que pendant deux heures, j’ai eu l’impression d’assister à une opération de relations publiques de l’Organisation mondiale de la santé.

La santé de la Chine

Déjà vendredi, quand Lady Gaga avait qualifié le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, de « superstar », j’avais sourcillé.

Comprenez-moi bien. Je trouve formidable qu’une artiste de la trempe de Lady Gaga ait réussi à mobiliser des vedettes et à recueillir 128 millions (selon les chiffres révélés hier).

Tout le monde est pour la vertu.

Mais cela ne doit pas nous empêcher de conserver un regard critique face l’OMS. Cet organisme a eu le culot de féliciter la Chine pour sa « transparence » dans la crise de la COVID-19 alors que le régime communiste nous a caché des informations cruciales et a fait taire ses sonneurs d’alerte.

Même le vice-premier ministre japonais a rebaptisé l’OMS « Organisation chinoise de la santé » ! 

De plus en plus de voix, des plus crédibles, soulignent les nombreuses défaillances de l’OMS.

Lisez ce que François Audet, directeur de l’Institut d’études internationales de Montréal de l’UQAM, déclarait dans Le Journal... vendredi.

« L’OMS a été particulièrement conciliante pour avoir accès aux données sur le terrain, et a fait passer la Chine pour un bon joueur dans les premières semaines de la crise. Au contraire, elle aurait dû être beaucoup plus proactive et même coercitive en imposant à la Chine de partager l’information sur la situation. [...]»

« Il ne fait aucun doute qu’une réaction plus rapide aurait pu limiter les effets de la COVID-19 partout dans le monde. Les différents gouvernements auraient ainsi pu adopter plus rapidement des mesures visant à éviter la propagation. »

Dans Le Figaro, Benjamin Haddad, chercheur en relations internationales pour The Atlantic Council a déclaré : « L’OMS n’a pas été exemplaire dans sa gestion de crise. Dans les premières semaines de l’épidémie, l’organisation a répété sans distance les éléments de langage de Beijing. Le Dr Tedros a loué la réponse chinoise offrant, selon lui, “un nouveau standard” dans la lutte contre les épidémies, malgré l’opacité et les mensonges du régime chinois. »

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Une infopub ?

J’ai adoré entendre Céline chanter. J’ai capoté sur la performance des « papys » du rock, les Rolling Stones. Je me suis délectée quand The Roots a repris ma chanson préférée des années 80, Safety Dance, des très montréalais Men without hats.

Je suis bien d’accord avec Anik Jean qui écrivait hier sur Instagram au sujet de Lady Gaga : « Je l’adore cette femme. En plus d’être une artiste qui se réinvente constamment et talentueuse sans limite, elle est une activiste. »

Applaudir les artistes, oui. Mais avant d’applaudir une organisation qui n’a pas un dossier tout à fait propre, propre, je vais me garder une petite gêne.

J’adore la Lady mais je ne suis pas 100 % « gaga » de l’OMS.