/news/coronavirus
Navigation

Des médecins formés à l’étranger veulent être mis à contribution

Coup d'oeil sur cet article

Ils sont formés en santé, leurs diplômes sont reconnus ici, ils parlent français et sont prêts à travailler, mais des médecins formés à l’étranger doivent se contenter de livrer des pizzas et de conduire des taxis alors que les besoins de personnel en CHSLD sont criants.  

• À lire aussi: Appel répété du premier ministre aux médecins spécialistes  

• À lire aussi: 19 933 cas de COVID-19 au Québec, dont 939 décès: Les écoles fermées au moins jusqu’à la mi-mai  

Un groupe de médecins formés à l’étranger déplore être laissé de côté par le gouvernement alors que des milliers d’employés du réseau de la santé doivent s’absenter puisqu’ils sont infectés par la COVID-19 ou craignent de l’être.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Zahra Mokhtari, une médecin formée à l'étranger, à QUB radio:

«Je pense que le gouvernement ne sait pas qu’on est là. Je pense qu’ils ne sont pas au courant qu’il y a ce potentiel et qu’ils peuvent l’utiliser pour aider aux problèmes dans le système de la santé», regrette un porte-parole de ce groupe et pédiatre de formation, Amir Besharati.  

Lui-même, et pas moins de 58 médecins d’origine iranienne, qu’il connaît personnellement et qui ont obtenus une équivalence de diplôme au Québec, disent vouloir prêter main-forte dans les CHSLD, et ce, sans attendre.  

Au début de la crise de la COVID-19, ceux-ci étaient en attente d’obtenir un entretien en vue d’être embauchés dans le réseau de la santé. Le petit groupe s’est formé après avoir entendu l’appel au «sens du devoir» des médecins lancé par le premier ministre François Legault.  

«Nous sommes prêts, nous sommes déjà formés à l’extérieur du Québec, nous avons déjà pas mal d’expérience», a martelé Amir Besharati.  

Malgré une lettre envoyée le jour même au premier ministre Legault; à la ministre de la Santé, Danielle McCann; au directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda; et à plusieurs autres intervenants, pour offrir leur aide en CHSLD, ils sont toujours sans réponse.  

Devant l’urgence de la situation, Amir Besharati affirme avoir contacté lui-même des CHSLD pour offrir son aide, mais s’est buté à la lourdeur bureaucratique. Il dit aussi s’être manifesté par le biais du site Je contribue, mais n’a toujours pas obtenu de réponse.  

En attendant, plusieurs de ces médecins formés à l’étranger travaillent déjà dans des postes secondaires du réseau de la santé, comme Amir Beshrati, qui est assistant de recherche dans un groupe de médecine familiale. D’autres travaillent toutefois dans des métiers qui n’ont rien à voir avec la santé, comme livreurs de pizza ou chauffeur de taxi, a affirmé ce dernier.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres