/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Message d’espoir après 15 jours épouvantables

«C’est possible de s’en sortir», dit un Lavallois

Duranleau
Photo courtoisie Pierre Duranleau a été hospitalisé 20 jours à l’hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir passé une vingtaine de jours à l’hôpital à cause de la COVID-19, dont 15 aux soins intensifs, un entrepreneur de Laval livre un inspirant témoignage pour démontrer qu’il est possible de combattre « l’ennemi invisible ».   

« Le pire, c’était la fièvre, confie Pierre Duranleau, désormais de retour chez lui. Pendant plusieurs jours, je grelottais intensément et ils ne pouvaient pas me donner de couvertures parce qu’ils voulaient que ma température baisse. C’était épouvantable. »  

Excellents soins  

L’homme de 67 ans dit avoir reçu d’excellents soins à l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval pendant son difficile séjour, mais avait bien hâte de remettre les pieds à la maison.   

La santé publique n’a pas pu déterminer hors de tout doute où M. Duranleau avait contracté le virus puisqu’il avait notamment voyagé et que sa conjointe est agente de bord.   

Cette dernière l’a également contracté, mais les symptômes se sont manifestés beaucoup moins intensément pour elle.   

« Je me remettais d’une bronchite quand j’ai pogné la COVID-19, alors mes poumons étaient déjà affaiblis, raconte l’homme d’affaires. Et ce virus-là, il adore les poumons. Je suis convaincu que je l’ai eu plus fort à cause de ça. »  

Encore des choses à vivre  

Le passionné de golf et de hockey estime que son côté sportif, le fait qu’il ne boive pas d’alcool et qu’il ne fume pas ont probablement contribué à son rétablissement.   

« Je pense qu’il me restait des choses à vivre, dit-il. On entend le premier ministre parler chaque jour du nombre de personnes aux soins intensifs, je voulais que les gens voient que c’est possible de s’en sortir en vie. Si ça peut en rassurer quelques-uns, tant mieux. »  

Bien que ses poumons risquent d’avoir besoin d’un autre mois pour se rétablir complètement, M. Duranleau dit être en bonne forme malgré tout.   

Le grand golfeur espère désormais que les clubs ouvrent leurs portes cet été et que sa santé lui permette de frapper la petite balle blanche. 

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.