/finance/stockx
Navigation

Wall Street ouvre en baisse, toujours plombée par le plongeon pétrolier

Wall Street ouvre en baisse, toujours plombée par le plongeon pétrolier
AFP

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | La Bourse new-yorkaise reculait nettement mardi en début de séance, de nouveau fragilisée par la chute des prix du pétrole. 

• À lire aussi: Comment le prix du pétrole peut-il être «négatif»?

Vers 10 h, l’indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, perdait 1,55 %, à 23 282,78 points.  

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 1,51 %, à 8431,38 points, et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, baissait de 1,44 %, à 2782,48 points. 

Wall Street avait fini dans le rouge lundi après le plongeon sans précédent du cours du baril de brut échangé à New York, dont le contrat pour livraison en mai avait terminé en dessous de zéro dollar: le Dow Jones avait perdu 2,44 % et le Nasdaq 1,79 %. 

« L’agitation sur le marché du pétrole brut continue d’inquiéter les investisseurs et d’exacerber la volatilité », notent les analystes de Charles Schwab. 

Le baril new-yorkais de West Texas Intermediate pour livraison en mai, dont c’est le dernier jour de cotation, a clôturé lundi à environ -38 dollars, les investisseurs étant prêts à payer pour se débarrasser de leur contrat d’or noir dans un marché proche de la saturation. 

Les prix du pétrole continuaient d’être sous pression mardi, le baril de WTI pour livraison en juin lâchant près de 30 %, et ceux du Brent de la mer du Nord pour livraison à la même date cédant plus de 23 %. 

Le marché de l’or noir est en chute libre depuis plusieurs semaines alors que les restrictions de déplacements dans de nombreux pays et la paralysie de nombreuses économies à cause de la pandémie ont fait fondre la consommation mondiale.  

Autre sujet qui retenait mardi l’attention des acteurs du marché: les négociations entre les parlementaires démocrates et la Maison-Blanche pour débloquer une deuxième vague de prêts fédéraux afin d’aider les PME américaines ravagées par la crise liée au coronavirus. 

Malgré des déclarations optimistes le week-end dernier de responsables démocrates et républicains, aucun vote n’a pour l’heure été organisé. 

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine baissait à 0,5691 % contre 0,6053 % la veille à la clôture.