/news/politics
Navigation

Certains demandeurs d'asile peuvent entrer au Canada

Certains demandeurs d'asile peuvent entrer au Canada
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Certains demandeurs d’asile peuvent accéder au territoire canadien s’ils se présentent à des points d’entrée officiels terrestres depuis mercredi, a indiqué l’Agence des services frontaliers du Canada.

«Il est encore interdit aux personnes qui arrivent de façon irrégulière entre les points d’entrée frontaliers d’entrer au Canada pour faire une demande d’asile», a précisé l’organisme fédéral sur Twitter.

Or, quelques demandeurs d’asile qui correspondent à des exemptions en vertu de l’Entente sur les tiers pays sûrs peuvent entrer par l’un des 117 postes frontaliers officiels, comme celui de Saint-Bernard-de-Lacolle.

Le bureau du ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a spécifié que ces exceptions ne s’appliquent qu’aux personnes qui ont de la famille au Canada, aux mineurs non accompagnés ou aux demandeurs qui ont déjà en leur possession un permis d'étude, par exemple.

Le président du Syndicat national des douanes et de l’immigration, Jean-Pierre Fortin, craint que l’affluence de ces personnes n’augmente le risque de propagation de la COVID-19.

«Quand on passe les gens en entrevues, il y a à peine un bureau entre nous et les salles d’attente sont petites», a-t-il dit en entrevue, précisant qu’il a demandé à Ottawa de s’assurer que les agents douaniers disposent de masques et d'autres types d'équipement de protection en quantité suffisante.

L'exception concernant certains demandeurs d’asile est inscrite dans le décret qui prolonge la fermeture de la frontière canado-américaine aux passages non essentiels jusqu’au 21 mai, a précisé M. Fortin. Ce décret est en vigueur depuis minuit, dans la nuit de mardi à mercredi.

Le président du syndicat des douaniers s’explique mal pourquoi Ottawa choisit d’«ouvrir cette brèche» maintenant plutôt que d’attendre un mois ou deux. «On est peut-être au sommet de la pandémie à l’heure actuelle», a-t-il fait valoir.

Selon ses dires, le ministère de l’Immigration a réservé des espaces dans des hôtels à proximité de postes frontaliers pour que les migrants s'y placent en isolement pendant 14 jours.

À Saint-Bernard-de-Lacolle, les chambres d’hôtels réservées permettraient d’accueillir de 80 à 100 personnes.

Un flou demeurait toutefois, mercredi, sur le nombre de personnes qui pourraient arriver au Canada avec ce changement.

«Je ne veux pas commencer à spéculer sur l’ampleur, mais même si c’était une dizaine ou une quinzaine de personnes à Lacolle par jour, la question du risque de contamination est quand même là», a soutenu M. Fortin en ajoutant que plusieurs pourraient provenir de l’État de New York, où le coronavirus fait rage.

Rappelons que la frontière canado-américaine est fermée à tout passage non essentiel depuis le 21 mars. L'interdiction avait été promulguée pour une durée de 30 jours, mais a récemment été reconduite jusqu'au 21 mai.

En vertu de cette fermeture de frontière, les demandeurs d'asile qui franchissent la frontière irrégulièrement par le rang Roxham, près de Saint-Bernard-de-Lacolle, sont refoulés aux États-Unis.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.