/finance/business
Navigation

WestJet supprime 3000 postes supplémentaires

Coup d'oeil sur cet article

Le transporteur aérien WestJet a annoncé, mercredi, 3000 licenciements supplémentaires en raison de la diminution de ses activités due à la COVID-19.

Avec ces nouvelles mises à pied, ce sont donc près de 10 000 employés sur les 14 000 que comptait l'entreprise basée à Calgary qui ont perdu leur emploi. WestJet avait annoncé le 24 mars une première vague de 6900 mises à pied.

«La crise fait en sorte que WestJet doit encore prendre des décisions critiques pour assurer la viabilité de notre entreprise aérienne. Avec moins de 5 % du nombre de passagers pré-COVID-19, il n'y a tout simplement pas de travail», a expliqué le président-directeur général de WestJet, Ed Sims, dans une déclaration publiée sur le site de l'entreprise.

Dimanche dernier, la compagnie albertaine avait annoncé qu'elle retirait environ 600 vols par jour de sa planification, du 5 mai au 4 juin. WestJet compte, malgré tout, continuer à desservir les 38 aéroports canadiens où ses avions avaient l'habitude de se poser, notamment pour acheminer des cargaisons de matériel médical et d'aliments.

Les liaisons directes offertes par WestJet entre Montréal et Calgary et entre Montréal et Vancouver ont été annulées dans la foulée de cette réduction de service.

«Ces décisions, bien que difficiles, ont été prisées méthodiquement, après réflexion, pour que nous puissions traverser la crise et être prêts pour le futur, où nous pourrons offrir à nos employés des emplois à temps plein à nouveau», a souligné M. Sims.

Par ailleurs, le PDG a indiqué que son entreprise va avoir recours à la subvention salariale d'urgence du Canada pour garder en poste une partie des employés restants.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.