/opinion/blogs/columnists
Navigation

Justin et la frontière

Il semble que le fédéral soit tout simplement incapable de fermer la frontière entre le Québec et les États-Unis...

Justin et la frontière
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Surprise! La frontière est ouverte pour les réfugiés! 

Mercredi, le premier ministre Justin Trudeau ET la ministre Chrystia Freeland affirmaient que «la position du Canada n’avait pas changé» et que l'on continuerait de refouler à la frontière les demandeurs d’asile en cette période exceptionnelle de pandémie. 

Pourtant, comme le fait remarquer le journaliste Romain Schué de Radio-Canada, «dans les faits, un nouveau décret est entré en vigueur à minuit une, mercredi matin, élargissant l’accès au Canada pour les demandeurs d’asile, bien que la fermeture de la frontière avec les États-Unis ait été renouvelée pour un mois supplémentaire». 

Faut-il supposer que Trudeau et Freeland ne connaissaient pas la nature du décret de leur propre gouvernement?  

Le texte du décret est pourtant très clair, toujours selon le journaliste Schué: «Dans ce texte, on peut lire que cette interdiction “à tout étranger d’entrer au Canada en provenance des États-Unis” ne s’applique pas aux personnes “qui cherchent à entrer au Canada en provenance des États-Unis afin de faire une demande d’asile”...» 

Pourquoi ne pas l’avoir dit, plus tard dans la journée d'hier? Pourquoi ne pas avoir expliqué que les demandeurs d’asile étaient exemptés de la fermeture de la frontière?  

Des douaniers exaspérés 

En entrevue avec Paul Arcand, le président national du Syndicat des douaniers et de l’immigration, Jean-Pierre Fortin, n’a pas caché son exaspération. Selon lui, «ce fut une surprise», pour les douaniers, d’apprendre ce changement de cap à la dernière minute, sans avoir été consultés, manifestement. 

M. Fortin insiste pour dire que l’on ne parle pas ici du fameux chemin Roxham, lequel demeure fermé. Mais, selon la nouvelle directive, on invite les demandeurs d’asile à se présenter aux postes de douane afin d’y faire leur demande.  

Questionné par Paul Arcand, le président du syndicat des douaniers établit très clairement que, mardi, cela n’aurait pas été possible, mais que, tard dans la journée de mardi, les douaniers ont été informés que les demandeurs d’asile pourraient se présenter dès mercredi aux postes de douane.  

«À 11 h le soir, mardi, les demandeurs d’asile étaient considérés comme non essentiels et interdits de passer. Et là, on a un changement de cap» explique Jean-Pierre Fortin. 

Indéniablement, le gouvernement s’attend à ce que des demandeurs d’asile se présentent au poste de Lacolle, où un hôtel a déjà été loué et réservé aux fins de la quarantaine obligatoire des réfugiés qui pourraient s’y présenter. 

Jean-Pierre Fortin ne mâche pas ses mots: pour lui, en temps de crise, il est beaucoup trop tôt pour rouvrir la frontière aux réfugiés. Et il va plus loin en expliquant que cette nouvelle directive place les douaniers dans une bien fâcheuse position: «Ça nous rend extrêmement vulnérables et, de la façon dont on nous a annoncé ça, à la dernière minute, et je n’ai aucun détail sur la manière dont on va transiger avec les réfugiés, la question de la sécurité des agents, je n’ai aucune idée.»

À Lacolle, selon M. Fortin, la capacité d’accueil est d’au plus une cinquantaine de réfugiés. Il rappelle que le flot de réfugiés qui traversaient à Roxham n’a jamais fléchi et s’établit à 70 réfugiés par jour à ce poste de douane qui n’en est pas un, rappelons-le. 

Une décision irresponsable 

L’avocat spécialiste en immigration Stéphane Handfield n’en revient tout simplement pas. Il a réagi sur sa page Facebook, hier:  

«Qu’on me comprenne bien! Je suis en faveur et ouvert à l’immigration. Sensible à la réalité des réfugiés et des personnes vulnérables! Je gagne ma vie depuis plus de 25 ans en pratiquant le droit de l’immigration. 

«Mais dans une situation exceptionnelle, il faut des mesures exceptionnelles! Ouvrir actuellement la frontière avec les États-Unis est une décision carrément IRRESPONSABLE de la part du gouvernement fédéral...!!!» 

En ça, Handfield partage les mêmes préoccupations que le président du syndicat des douaniers... La plupart des demandeurs d’asile auxquels on réfère ici transiteront par l’état de New York, un des foyers les plus virulents de la pandémie. Rouvrir la frontière à ce moment de la pandémie est tout simplement inexplicable. 

Sinon en considérant que l'on agit par idéologie. Tout simplement parce que ce gouvernement est incapable de vivre avec le fait que des réfugiés soient refoulés à la frontière. À la frontière québécoise, rappelons-le, car ce dossier est strictement québécois. 

Le 18 avril dernier, dans Le Devoir, Stéphane Handfield le soulignait d’ailleurs:  

«Oui, le passage irrégulier de demandeurs d’asile est une situation purement québécoise. Les chiffres ne mentent pas. De janvier à avril 2018, il y a eu 7037 passages irréguliers au Québec, comparativement à 153 en Colombie-Britannique et 152 au Manitoba...» 

Ça devient de plus en plus frustrant pour les Québécoises et les Québécois qui sont confinés, à qui l'on interdit de voyager entre les différentes régions (avec raison) ou de voir leurs proches, et qui peinent à comprendre par quelle logique il peut être approprié de rouvrir la frontière à des gens qui transitent par l’un des épicentres de la pandémie les plus inquiétants de la planète. 

Il y a pas mal de choses dont on devra discuter quand tout cela sera derrière nous. Et l’une de celles-ci sera la gestion de la frontière québécoise par le fédéral. François Legault a haussé le ton à quelques reprises, mais ce n’est pas suffisant. 

Comme l’explique Handfield dans le texte cité plus haut, le Québec doit tout faire pour que le fédéral agisse de manière logique dans ce dossier:  

«Qu’arrivera-t-il le jour de la réouverture de la frontière sur le chemin Roxham? Sera-t-il lui aussi rouvert aux passages irréguliers de demandeurs d’asile? Sera-t-il justifié, pour le gouvernement, “d'ouvrir” un passage non officiel de sa frontière? Poser la question, c’est y répondre... 

«Lorsque la vie reprendra son cours normal, le gouvernement fédéral n’aura d’autre choix que de régler, une fois pour toutes, la situation au chemin Roxham.» 

Mais la façon dont agit le fédéral en ce moment laisse craindre le pire... M’est avis que l’on continuera de s’accommoder fort bien du fait que le Québec soit le point de chute de tous les demandeurs d’asile «irréguliers» qui veulent entrer au Canada...