/opinion/columnists
Navigation

L’irresponsabilité administrative

Coup d'oeil sur cet article

En France, on surnomme le ministère de l’Éducation (on dit là-bas l’Éducation nationale) le Mammouth.  

On fait ainsi référence au caractère monstrueux de son administration et à sa capacité à paralyser toute réforme sérieuse par sa puissance d’inertie.  

Les ministres avaient beau passer, souvent avec de bonnes idées pour restaurer l’humanisme à l’école, la machine résistait et s’entêtait dans ses lubies.  

Nous connaissons la même chose au Québec. Et pas exclusivement en éducation.  

Ces jours-ci, la bureaucratie de la santé est en vedette.  

On découvre ses organigrammes labyrinthiques et on ne peut s’empêcher de penser à la maison qui rend fou que doit traverser Astérix dans l’épreuve des douze travaux.  

La bureaucratie québécoise multiplie les étages – ou si on préfère, des niveaux d’irresponsabilité. Qui est responsable de quoi ? Ce n’est pas toujours simple à savoir. 

CHSLD 

Le gouvernement fait ce qu’il peut pour gérer la crise et dans les circonstances, il se démène très honorablement. 

Mais François Legault et Danielle McCann le laissent entendre sans le dire clairement, les consignes politiques ne sont pas toujours suivies. Un ordre est donné, mais quand et comment sera-t-il appliqué ? 

Non pas par mauvaise foi, nécessairement. Mais parce que la bureaucratie est enfermée dans des schèmes mentaux ultra-rigides qui paralysent l’esprit.  

En temps ordinaire, cela peut toujours passer et tout le monde s’habitue à ses méandres tout en redoutant de s’y perdre.  

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

En temps de crise, cela devient grave.  

On a beau vouloir tenir François Legault responsable de toutes les dérives du système de santé qui se révèlent en ce moment, le fait est qu’il ne maîtrise pas chaque recoin de l’administration publique et ne peut avoir accès aux informations qu’on lui cache.  

Opacité 

Il existe une telle chose que l’opacité administrative. Le premier ministre, dans notre système politique, n’est pas un monarque tout-puissant et omnipotent.  

La crise des CHSLD l’a frappé comme elle nous frappe tous. Elle stupéfie.  

On peut toujours trouver ensuite un rapport qui cherchait à renseigner en temps réel sur une situation désastreuse. Ce n’est pas faux. Encore doit-il se rendre sur le bon bureau pour forcer à une réaction.  

N’oublions pas non plus que le gouvernement doit gérer l’héritage politique désastreux des régimes précédents.  

Embonpoint  

Qu’on me comprenne bien. L’État ne peut se passer d’une administration éclairée, qualifiée, capable de gérer des systèmes complexes qui prennent en charge la vie de millions de personnes.  

Et il existe dans toutes les administrations un très grand nombre d’hommes et de femmes dévoués à la chose publique, qui font tout ce qu’ils peuvent pour servir leurs concitoyens.  

Mais on ne peut nier non plus la tendance de l’État à faire de l’embonpoint bureaucratique et à ne faire qu’à sa tête.  

Dans la crise présente, François Legault est quelquefois handicapé par une machine qui devrait plutôt le servir.  

On en vient à croire qu’elle est même irréformable et se retourne contre la démocratie et le bon sens.