/finance
Navigation

COVID-19: les Québécois se tournent vers l’achat en ligne

Achat en ligne
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les habitudes de consommation des Québécois ont grandement évolué depuis le début de la crise sanitaire, notamment en ce qui a trait à l’épicerie en ligne et à l’achat local. 

Selon PayPal, qui a fait réaliser deux sondages nationaux par Edelman, sous l’égide du Forum Angus Reid, 72 % des Québécois effectuent moins d’achat en personne dans les magasins par rapport à avant la pandémie de COVID-19.  

Un Québécois sur quatre a fait davantage d’achats en ligne pour ses aliments ces dernières semaines. Seulement 16 % des consommateurs québécois avaient déjà magasiné sur la toile avant l’arrivée du nouveau coronavirus, une proportion qui concerne maintenant 27 % des personnes sondées. Comme les sites des chaînes d’épicerie sont débordés et que toutes les places horaires pour la livraison sont occupées, cette proportion aurait sans doute pu être encore plus importante.  

Au total, selon le coup de sonde, 11 % des Québécois sont devenus de nouveaux adeptes de l’épicerie en ligne. Il s’agit d’une augmentation de 69 %.  

Même si la vie est appelée à revenir graduellement à la normale, 74 % des Québécois comptent faire autant, sinon plus d’achats en ligne au cours des mois à venir.  

Concernant la livraison et la préparation de repas, 37 % des Québécois affirment en consommer moins qu’avant la COVID-19.  

Tout de même, 55 % des répondants préfèrent toujours choisir leurs propres produits en personne, une habitude tenace, et 36 % des gens s’inquiètent de la qualité des produits choisis pour eux.  

Les appels à la consommation locale ont sans doute fait mouche. Ainsi, 36 % des Québécois souhaitent encourager les petites épiceries et les commerces de proximité ne disposant pas d’un service de livraison, et 30 % se déplacent pour aller cueillir des repas à emporter dans des restaurants locaux qui ne livrent pas.  

Les coups de sonde ont respectivement été menés les 3 et 4 mars, et les 1er et 2 avril, en français et en anglais. Au total, 1562 et 1503 personnes ont été interrogées.