/sports/football/alouettes
Navigation

L’éternel optimisme de Khari Jones

L’entraîneur-chef des Alouettes croit qu’il y aura une saison en 2020

SPO _ ALOUETTES RENCONTRE DES ENTAINEURS
Photo d'archives, Martin Alarie L’entraîneur-chef des Alouettes, Khari Jones, étudie plusieurs scénarios en vue d’une saison régulière ou écourtée.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis son entrée en poste, Khari Jones a toujours adopté une approche optimiste avec son équipe. Ce n’est pas la pandémie de la COVID-19 qui va le changer. L’entraîneur-chef des Alouettes croit qu’il y aura une saison dans la Ligue canadienne en 2020, qu’elle soit complète ou écourtée. 

Lors d’une conférence vidéo avec une quinzaine de journalistes, Jones affirme qu’il est prêt pour tous les scénarios qui sont sur la table. 

« Il y aura une saison et on fait tout ce qui est en notre pouvoir afin que ça arrive, a-t-il souligné. Je connais les joueurs et ils sont tous excités à l’idée de jouer. 

« Il y a plusieurs facteurs déterminants avant d’en arriver là. Je suis optimiste, mais je ne suis pas médecin et je ne peux pas prédire à quel moment la courbe sera aplatie. J’y vais un jour à la fois. »

Pour le moment, la saison régulière de la LCF a été repoussée au début du mois de juillet. On peut se demander de combien de semaines les équipes disposeront pour leur camp d’entraînement. 

« Je repasse tous les scénarios en boucle dans ma tête, a ajouté Jones. À travers mes discussions avec mon groupe d’entraîneurs, on est prêts à tout selon le type de camp d’entraînement ou le nombre de matchs en saison régulière que nous allons avoir devant nous.

« Pour le moment, ce qui semble coulé dans le béton, c’est la date de la Coupe Grey (22 novembre à Régina). »

Distanciation ou non ?

Depuis quelques jours, les gouvernements mentionnent que la distanciation sociale sera la norme pour les prochains mois, et ce, peu importe la tangente des différentes courbes de la santé publique. 

Il est difficile d’imaginer des matchs de football où l’on voit des contacts entre les joueurs à tous les jeux. Sans compter qu’ils pourraient s’échanger des fluides corporels (sueur ou sang) à chaque séquence. 

« Peu importe le nombre de matchs, la seule chose qui doit primer, c’est la sécurité des joueurs, a mentionné Jones. Il y a tellement d’aspects que la ligue devra regarder afin que ce soit sécuritaire. Je sais que Randy (Ambrosie) travaille fort là-dessus.

« Tous les autres sports, sauf le baseball peut-être, sont dans la même position que nous. Par contre, je sais très bien qu’il n’y aurait pas de distanciation sociale lors des plaqués. C’est sûr qu’il y aurait des risques. »

Ne jamais dire jamais

Dans une entrevue à TSN dans les derniers jours, le receveur S.J. Green a déclaré qu’il serait prêt à effectuer un retour à Montréal afin de compléter sa carrière dans l’uniforme des Alouettes. 

« Je ne dis jamais à aucune possibilité, a mentionné Jones à ce sujet. On ne sait jamais ce qui peut arriver au cours d’une saison. 

« Je connais S.J. et j’aime ce qu’il apporte sur un terrain de football. Cependant, nous sommes dans une bonne position au niveau des receveurs en prévision de la prochaine saison. On verra comment la situation va évoluer dans les prochains mois. »

Avec Eugene Lewis, B.J. Cunningham, Dante Absher, Naaman Roosevelt et Jake Wieneke, les Alouettes ont une escouade équilibrée. Pour ce qui est de Quan Bray, son dossier avec la justice américaine avance à pas de tortue depuis son arrestation pour possession d’une grande quantité de cannabis en février. 

« Je n’ai pas parlé à Quan dernièrement. Je ne connais pas tous les détails de sa situation. On a des scénarios avec lui dans notre équipe et d’autres sans lui », a précisé Jones au sujet de son receveur. 


♦ Il n’y a pas que du négatif dans la pandémie de la COVID-19. Les reports du début des camps et de la saison régulière permettront aux joueurs qui ont subi des blessures importantes en 2019 d’avoir plus de temps pour revenir en santé. C’est notamment le cas de Tony Washington et de Taylor Loeffler.