/news/currentevents
Navigation

Tuerie en Nouvelle-Écosse: la GRC confirme une confrontation entre le suspect et une dame

Coup d'oeil sur cet article

DARTMOUTH, N.-É. | Une dispute entre le suspect de la tuerie en Nouvelle-Écosse et sa conjointe pourrait avoir été l’élément catalyseur de la pire tuerie de l'histoire du Canada.  

C’est une thèse étudiée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), a fait savoir vendredi le surintendant Darren Campbell de la GRC en Nouvelle-Écosse. Le corps policier n’écarte toutefois pas d’autres avenues.  

«Je ne voudrais pas spéculer sur les motifs», a souligné le surintendant Campbell, soulignant qu’il y a plusieurs hypothèses, dont la préméditation des actes par le suspect, Gabriel Wortman, un denturologiste de 51 ans.  

Le haut gradé a indiqué qu’après avoir été gravement agressée, la conjointe de Wortman a réussi à s’échapper, à prendre la fuite dans un boisé, où elle se serait terrée jusqu’à ce que la police la trouve en vie, vers 6 h 30, le lendemain matin.  

«Je peux confirmer que la dame est une femme avec qui il était en relation depuis un certain temps. Elle avait des informations clés. [...] Elle coopère avec nous», a fait savoir le surintendant Darren Campbell.  

Chronologie de la cavale meurtrière  

C’est ce dernier qui a présenté une chronologie de la cavale meurtrière ayant fait 22 victimes et trois blessés, le week-end dernier, en Nouvelle-Écosse. Il a parlé de trois groupes d'incidents, le premier à Portapique, puis à Wenworth-Glenhome-Debert et enfin à Shubenacadie-Milford-Enfield.  

Selon le surintendant Campbell, de nombreuses victimes sont mortes en essayant d'aider les autres. «Ces gens sont de vrais héros», a-t-il dit.  

Le tireur connaissait plusieurs de ses victimes et beaucoup de gens semblent avoir eu des problèmes avec Gabriel Wortman, selon les premiers éléments de l’enquête.  

La police n’a toutefois pas voulu confirmer que le suspect avait une liste de victimes, mais l’enquête se poursuit notamment pour savoir comment il a pu être en possession de toutes ses armes ainsi que de véhicules.  

Tout a donc commencé par une agression dans une maison et un premier appel pour des coups de feu. Vers 22 h 26, en se rendant vers la résidence, les policiers ont d’abord trouvé un homme qui avait été atteint par balle par un automobiliste, vraisemblablement le suspect.  

Déguisé en agent de police de la GRC, Gabriel Wortman s’est enfui au volant d'une voiture ressemblant à une autopatrouille. D’ailleurs, cette ressemblance a compliqué la tâche du corps policier, a-t-on pu apprendre vendredi.  

La GRC a confirmé avoir retrouvé plusieurs armes à feu et trois véhicules, dont deux semblables à ceux de la police, dans la résidence et les garages du suspect complètement ravagés par les flammes.  

Les policiers ont aussi retrouvé un autre véhicule dans une résidence du suspect à Halifax. Les trois voitures, des Ford Taurus, étaient immatriculées contrairement à la quatrième qu’il conduisait.  

Dans le secteur de Portapique, où vivent une centaine de personnes, la police a découvert plus de sept endroits où 13 personnes ont été retrouvées mortes.  

Environ 12 h après les premiers événements, les services d’urgence ont reçu d’autres appels à plus de 60 km de Portapique.  

Le tireur s’est rendu à une résidence du chemin Hunter, à Glenholme, où il a abattu deux hommes et une femme, en plus de mettre le feu à la maison. Il connaissait au moins deux des victimes. Dans une autre maison, il a réveillé les occupants, qui le connaissaient également. Ils n’ont toutefois pas ouvert la porte, mais appelé le 911.  

Sur sa route, il a abattu une femme qui marchait seule avant de continuer en direction sud, vers Debert. Il a ensuite intercepté un autre véhicule et a tiré sur un des occupants. Il a également tué une autre automobiliste, et ce, à environ 44 km du chemin Hunter.  

Pendant sa cavale, il a tiré sur le policier Chad Morrison, qui a finalement survécu. Ensuite il aurait percuté le véhicule de la gendarme Heidi Stevensen. Il l’aurait tuée avant de prendre son arme. Il a aussi mis le feu au véhicule de la gendarme et au sien. Les deux policiers s’étaient donné rendez-vous dans le secteur.  

Un automobiliste qui passait par là a été abattu par le tireur qui a ensuite pris son véhicule, un VUS argenté, pour se diriger vers le sud sur la route 224.  

Sur son chemin, le suspect s’est aussi arrêté à la résidence d’une femme qu’il connaissait. Elle a été tuée et le tireur a pris son véhicule, une Mazda 3 rouge. C’est finalement à une station-service d’Enfield, à une trentaine de kilomètres au nord d’Halifax, qu’il a été abattu par les policiers, à 11 h 26.