/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19 et AVC chez les jeunes adultes: un lien inquiétant et de plus en plus clair

COVID-19 et AVC chez les jeunes adultes: un lien inquiétant et de plus en plus clair
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’augmentation importante du nombre d’AVC chez les adultes dans la trentaine et la quarantaine en parfaite santé inquiète des médecins new-yorkais, qui y voient un lien clair avec le coronavirus.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

Le physicien J. Mocco, qui travaille au Mount Sinai Beth Israel Hospital, à Manhattan, a expliqué au Washington Post que le nombre de patients avec de larges blocages au cerveau a doublé pendant les trois semaines qu’a duré le pic de la pandémie à New York. Plus de la moitié des cas étaient atteints de la COVID-19 et avaient environ 15 ans de moins que ceux ayant souffert d’un AVC, mais qui n’étaient pas atteints du virus.  

«Statistiquement, ces personnes font partie des gens les moins susceptibles d’avoir un AVC», a dit le Dr Mocco, qui se spécialise dans le domaine. Pour lui, le lien avec la COVID-19 est aussi choquant qu’indéniable.  

«C’est un des liens les plus clairs et une des corrélations les plus profondes que j’ai vus. C’est un signal beaucoup trop puissant pour que ça relève du hasard.»  

«On a l’habitude de penser que les patients de 60 ans sont jeunes pour avoir de larges occlusions dans les vaisseaux, a pour sa part témoigné Eytan Raz, un assistant de neuroradiologie à NYU Langone. On n’en a jamais vu autant chez les gens dans la cinquantaine, la quarantaine et la fin trentaine.»  

Le département des pompiers de New York a aussi rapporté avoir récupéré quatre fois plus de corps de gens qui sont décédés à la maison pendant le pic de la pandémie. Plusieurs d’entre eux avaient succombé à un AVC.  

Des pistes pour la recherche  

D’après les analyses qui commencent à être disponibles sur le sujet, les patients infectés par le coronavirus ont majoritairement des AVC dévastateurs, qui causent la mort ou qui créent des dommages irréparables.  

Plusieurs chercheurs croient que les AVC chez les patients atteints de la COVID-19 pourraient être une cause directe d’un problème sanguin qui mène à la formation de caillots partout dans le corps.  

Comme a pu le constater le neurologue Thomas Oxley, de Mount Sinai, lorsqu’un caillot est retiré, d’autres se reforment immédiatement autour. Ces caillots peuvent notamment causer des embolies pulmonaires, des crises cardiaques et des AVC, qui sont tous en augmentation depuis le début de la pandémie.  

À l’heure actuelle, les spécialistes ne peuvent dire si ces caillots résultent d’une attaque du virus ou d’une réaction du système immunitaire.  

«Est-ce que dans l’effort du corps pour combattre le virus, la réponse du système immunitaire finit par créer des dommages au cerveau?» se questionne la Dre Sherry H-Y Chou.  

La neurologue du University of Pittsburgh Medical Center neurologist espère trouver des réponses dans l’analyse des milliers de cas d’AVC et de complications neurologiques observés chez les patients atteints de la COVID-19 dans 68 centres médicaux de 17 pays différents.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.