/news/coronavirus
Navigation

Déclaré positif à la COVID-19 pour une 2e fois

résidence Eva
Photo collaboration spéciale, Simon Dessureault Réjean Bell, photographié sur le balcon de sa résidence, à Lavaltrie, devra passer un troisième test pour la COVID-19 en mai prochain.

Coup d'oeil sur cet article

Un septuagénaire de Lanaudière qui pensait être guéri de la COVID-19 après un résultat négatif à la suite d’un test, à sa sortie de l’hôpital, a subi un deuxième test positif quelques jours plus tard. 

• À lire aussi: «Aucune preuve» d'immunité

• À lire aussi: Un appel à la prudence sur l'immunité collective

• À lire aussi: Ottawa ne mise pas sur l’immunité collective

• À lire aussi: Coronavirus: pas de preuve que des personnes déjà infectées soient immunisées, prévient l’OMS

« Je n’en reviens pas, je pensais que c’était réglé, je me sens pourtant bien », a affirmé Réjean Bell, joint à son appartement de la résidence pour aînés Eva à Lavaltrie, samedi matin.  

Le 24 mars dernier, l’homme de 72 ans a reçu un résultat positif à la COVID-19 après quelques jours à avoir des symptômes comparables à la grippe. Quatre jours plus tard, il a été transporté à l’hôpital Pierre-Le Gardeur de Terrebonne alors qu’il faisait 39,1 °C de fièvre. 

« Je me suis dit : c’est comme ça que ça se passe lorsqu’on meurt. J’étais tellement faible. Et quand tu es faible comme ça, tu souhaites mourir pour vrai ! » confie-t-il. 

Opération aux poumons 

Lorsqu’il est sorti le 7 avril, son test était négatif. L’homme qui a travaillé dans le milieu de la construction pensait alors être guéri. 

Puis, M. Bell, qui devait bientôt se faire opérer pour un cancer des poumons, a donc dû de nouveau subir un test à sa résidence le 23 avril parce que c’est la procédure en vue d’une chirurgie en temps de pandémie. Le test s’est alors avéré de nouveau positif. 

« Et mon médecin m’avait dit que je ne “repognerais” pas ça deux fois ! Les responsables de la résidence ont également été très surpris, mais là je ne peux rien faire, je dois attendre », déplore celui qui a hâte à son opération. 

M. Bell passera donc un troisième test pour la COVID-19 en mai prochain. 

Christian Jacob, président de l’association des microbiologistes du Québec indique qu’il y aurait plusieurs raisons qui pourraient expliquer cette situation. « Il se peut que l’infection se soit complètement éteinte et que le virus soit resté caché de façon latente. Cela arrive avec le virus de l’herpès, par exemple. Il y a des mécanismes qui permettent à des virus de se cacher de façon latente dans les cellules. » 

Le Journal n’a pas eu de retour d’appel du CISSS Lanaudière, au moment d’écrire ces lignes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.