/finance/business
Navigation

Des actionnaires milliardaires du Cirque sollicitent l’aide de Québec

Le fonds TPG et le groupe chinois Fosun dégagent pourtant des profits importants

Conférence de Presse Guy Laliberté
Photo d'archives, Ben Pelosse Daniel Lamarre, David Trujillo, associé chez TPG, Guy Laliberté (fondateur du Cirque), James Coulter, cofondateur de TPG Capital, et Mitch Garber à la conférence de presse au cours de laquelle on a annoncé la vente du Cirque, en avril 2015 à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Des milliardaires américains et chinois demandent l’aide de Québec pour payer des salariés et des fournisseurs du Cirque du Soleil alors qu’ils continuent d’engranger ailleurs des profits astronomiques, une situation dénoncée par un expert.

Le Cirque du Soleil a ajouté à la fin mars plusieurs lobbyistes pour le représenter auprès du gouvernement du Québec. Parmi ceux-ci, Manon Brouillette, ancienne patronne de Vidéotron, et Mitch Garber, président du conseil d’administration du Cirque du Soleil.

L’objectif : obtenir une aide financière de Québec pour payer notamment « des dépenses de fonctionnement, y compris des fournisseurs et créanciers ». L’aide est réclamée « suite à la suspension par le Groupe Cirque du Soleil de ses activités commerciales à l’échelle mondiale en raison de la pandémie de la COVID-19 ». 

Selon La Presse, des employés et des fournisseurs du Cirque n’auraient pas encore été payés pour du travail effectué il y a plus d’un mois.

L’aide réclamée « pourrait être sous forme de subvention, de prêt, ou d’injection de capital », selon le mandat.

Riches à craquer

La demande du Cirque fait bondir un expert. « On peut se poser la question quant à la responsabilité symbolique et corporative du Cirque. Est-ce qu’ils ont une solidarité ? » s’interroge Louis Patrick Leroux, professeur et vice-doyen à l’Université Concordia.

Ce dernier souligne que les propriétaires étrangers du Cirque, un fonds américain et un groupe chinois (voir plus bas), sont riches à craquer. Le troisième actionnaire du Cirque est la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Les problèmes actuels du Cirque sont dus en premier lieu à l’énorme dette d’un milliard $ US que le fonds texan TPG a décidé d’attribuer au Cirque pour se financer en 2015, selon M. Leroux.

« Ils ont trouvé le moyen de prendre la dette d’achat et de la retourner contre l’entreprise achetée. C’est une façon de se mettre dans une position favorable, ils ne traînent pas de dettes », explique-t-il.

L’expert de Concordia souligne que le Cirque se trouvait déjà dans une situation précaire avant la pandémie. « Ils ont perdu plusieurs dizaines de millions dans certains projets », dit-il. 

Frustration

Depuis deux ans, le Cirque tentait de se renflouer en adoptant une vision plus corporatiste, selon lui. 

« Il y a une partie de l’âme du Cirque qui est en train de partir », croit-il. 

« On se retrouve devant une situation frustrante. On protège des investisseurs étrangers, tout en jouant les cordes sensibles nationales [...]. Je comprends que plusieurs soient frustrés », dit-il. 

Les actionnaires du cirque

TPG (60 %)

  • Fonds privé américain de 119 milliards $ US
  • Son président est David Bonderman (fortune personnelle de 3,7 milliards $ US)

FOSUN (20 %)

  • Groupe chinois
  • Revenus en 2019 : 28 milliards $
  • Profits en 2019 : 2,9 milliards $
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.