/entertainment/tv
Navigation

En confinement: Bruno Pelletier et l’analogie de la montagne

Bruno Pelletier
Photo courtoisie Bruno Pelletier

Coup d'oeil sur cet article

Au début de la pandémie, le mois dernier, Bruno Pelletier a dû temporairement mettre une croix sur la nouvelle tournée qu’il venait de lancer pour son album Sous influence.

« Je devais faire mon show au Capitole de Québec le 11 avril avec l’Orchestre symphonique de Longueuil, dit-il. Pour l’instant, tout est repoussé jusqu’à l’automne. Mais pour être honnête, on regarde l’actualité chaque jour pour voir comment les choses vont tourner pour notre métier. On ne sait pas trop à l’automne si on va être capable de partir. C’est un peu le néant, c’est angoissant. On ne sait pas trop sur quel pied on danse. »

Pour arriver à garder le moral dans cette période pour le moins étrange, le chanteur fait l’analogie avec une montagne que l’on veut grimper. « Il faut y aller un pied après l’autre, dit-il. La pire des choses, c’est de se dépêcher, parce qu’on use notre volonté et notre énergie. Tranquillement, en prenant des pauses, on va arriver au sommet et on va passer de l’autre côté. »

Ces jours-ci, Bruno Pelletier passe son temps à... faire des boîtes ! Le chanteur doit déménager dans moins d’un mois. « Je me rends compte que le confinement, c’est un mal pour un bien. Parce que si j’avais été dans ma vie normale, je pense que je n’aurais pas eu le temps de faire tout ce que j’avais à faire. Mais là, c’est incroyable. Je suis déjà presque prêt à déménager ! »

« Ça m’a fait du bien »

Dans ses temps libres ces derniers jours, le chanteur a dévoré plusieurs séries télé. Dans ses coups de cœur québécois, il nomme d’abord Cérébrum, avec Claude Legault et Christine Beaulieu. « Je les aime beaucoup comme acteurs. Il y a une dimension par rapport à la maladie mentale que je trouve intéressante. Et c’est en filigrane de toute l’histoire principale du meurtre de la femme du psychiatre. C’est comme une double histoire à suivre et à voir. »

Il a aussi beaucoup apprécié la série Léo, avec Fabien Cloutier. « J’ai regardé ça avec un immense bonheur. J’ai tellement ri. J’ai vraiment adoré cette série-là. Pour le côté un peu rural du personnage, mais tellement vrai. C’est tellement bien écrit. Ça m’a fait du bien, en ce temps-ci de confinement. »

Côté séries étrangères, il en a récemment regardé deux sur Netflix, Self Made (« j’ai beaucoup aimé ») et Waco (« j’ai regardé toute la série en une journée et demie ! »).

À propos du cinéma, il suggère de relire le livre Dune, de Frank Herbert, qui a été adapté en film en 1984. « Le livre m’a marqué, mais le film avait reçu des critiques mitigées. Sauf que Denis Villeneuve est en train de travailler sur un remake qui devrait sortir plus tard cette année. » 

Les suggestions de Bruno 

Série télé

  • Cérébrum  
  • Léo 

Les films

  • Waco  
  • Self made