/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

La communauté de Joliette se mobilise pour ses sans-abris

La communauté de Joliette se mobilise pour ses sans-abris
Photo Geneviève Quessy

Coup d'oeil sur cet article

Des Joliettains au grand cœur se sont mobilisés pour accueillir les sans-abris au sous-sol d'une église le temps que dureront les mesures de confinement imposées par la pandémie.

• À lire aussi: COVID-19: Un déconfinement sous haute surveillance au Québec

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Voyant que la nuit du 20 mars dernier s'annonçait terriblement froide, des citoyens de Joliette se sont spontanément mobilisés pour accueillir les sans-abris au sous-sol de l’église Christ-Roi. Depuis, une quinzaine de personne en ont fait leur logis temporaire.

La communauté de Joliette se mobilise pour ses sans-abris
Photo Geneviève Quessy

Les pompiers de Joliette ont apporté des matelas, le comptoir vestimentaire de Notre-Dame-de-Lourdes et l'organisme Unité point de départ ont fourni de la literie. Rapidement, un service de repas a été organisé par l'Annexe à Roland, la Maison Oxygène, et la Manne quotidienne. L'Orignal Tatoué, un café de rue, fournit des collations. Chaque jour, draps et couvertures sont lavés par Hébergement d'urgence Lanaudière.

Le flânage n'étant plus toléré au centre-ville de Joliette et les organismes communautaires devant réduire leurs services, certaines personnes se retrouvaient sans endroit où aller, raconte Annie Plante, directrice des programmes santé mentale et dépendance au CISSS Lanaudière, qui coordonne maintenant le projet.

«C'est impressionnant la concertation qui s'est mise en place. Je suis vraiment fière des gens de notre région. La paroisse nous a donné accès au sous-sol de l'église Christ-Roi, ainsi qu'au presbytère, où on a installé une zone chaude pour ceux qui seraient éventuellement dépistés positifs au Covid. Il y a un infirmier sur place, et tout est organisé selon les mesures de distanciation.»

Pour l'instant, personne ne présente de symptômes liés à la maladie. Les usagers qui ont adopté l'endroit sont heureux de l'accueil qu'ils y trouvent.

«Je suis sorti de l'hôpital il y a 4 jours, après 11 mois d'hospitalisation. Il ne me reste qu'un poumon, et l'hôpital a perdu mon cellulaire avec tous mes contacts dedans. Si je n'avais pas cet endroit, je ne sais pas où j'irais», raconte un homme de 52 ans, qui ne souhaite pas être identifié.

Chaque matin, les usagers doivent sortir, le temps que les lieux soient désinfectés. À 13h, ils font la file pour entrer manger. Aujourd'hui, macaroni et sandwichs sont servis avec une soupe chaude, chacun assis à sa propre table.

La communauté de Joliette se mobilise pour ses sans-abris
Photo Geneviève Quessy

«C'est sympa ici, on mange bien», dit Michael, dans la jeune vingtaine.

Une dame se présente à l'église avec des sacs de vêtements, une autre avec des boites de victuailles. Un camionneur vient livrer des dons de la part du Tigre Géant. Tout le monde a le sourire.

«Merci de nous traiter comme du vrai monde», dit Annie Chaussé, 72 ans.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.