/news/coronavirus
Navigation

Une femme atteinte d’un cancer contrainte d’abandonner ses traitements

Coup d'oeil sur cet article

Le diagnostic d'une maladie grave est déjà assez lourd à porter. Imaginez si on doit vous apprendre en plus que vous ne pouvez être traité convenablement; c'est ce à quoi fait face une immigrante française qui habite à Québec.  

Atteinte d'un cancer du sein, Isabelle Chevalme se remet tranquillement d'une mastectomie qui a bouleversé sa vie. Elle a commencé il y a une semaine des traitements de radiothérapie, mais elle sera forcée d'y mettre fin prématurément.    

Si la RAMQ refuse de couvrir le reste des frais de traitements, c'est que le permis de travail temporaire du couple sera échu à la fin du mois.    

«On perd du temps sur le traitement. Si ça ne marche pas d'ici le 30 avril, on devra s'en aller. Je ne peux pas la laisser mourir», explique son conjoint, Philippe, la gorge nouée par l'émotion.    

Le renouvellement de ce permis doit d'abord passer par un certificat d'acceptation du Québec. L'employeuse de Philippe, située à La Malbaie, a pourtant envoyé le formulaire en février.    

«C'est inacceptable. Ces papiers prennent habituellement trois semaines avant d'arriver. Ça fait plus de deux mois et demi. C'est grave, ce qui va leur arriver», explique Josée Gervais, l'employeuse de Philippe et propriétaire de la Boulangerie artisanale Pains d'exclamation.    

En raison de la pandémie, un délai prolongé plonge tout le système au ralenti. Résultat, le couple se retrouve aujourd'hui au pied du mur.    

«On est des millions à avoir une date limite, le système est surchargé, au ralenti. Isabelle et moi, le 30 avril, on va être obligés de s'en aller», ajoute Philippe.    

«Si le gouvernement fédéral est impliqué, je vais immédiatement communiquer avec Ottawa pour voir ce qui peut être fait le plus rapidement possible», explique Pierre Paul-Hus, le député conservateur dans Charlesbourg, comté où réside le couple.    

Pour ces immigrants, le temps presse.    

«Il faut que le Canada nous prenne tout de suite parce qu'on n'a plus le temps de jouer. Ce n'est pas une grippe, c'est loin d'être une plaisanterie», conclut Philippe Blanchard.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres