/investigations/health
Navigation

COVID-19: peut-on vraiment retourner au travail en sécurité?

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement de François Legault doit annoncer aujourd’hui un plan de réouverture progressive de certains lieux publics et entreprises. Mais pourra-t-on vraiment retourner de façon sécuritaire au bureau ? Deux études publiées par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis montrent à quel point le coronavirus peut se répandre comme une traînée de poudre dans des espaces intérieurs comme un immeuble de bureaux et un restaurant. D’où l’importance de repenser la cohabitation dans les lieux publics.  

• À lire aussi: Les chantiers, les manufacturiers et les magasins en premier lieu  

 CAS 1 : dans un lieu de travail  

 Près d’un employé sur deux travaillant sur le même étage dans un centre d’appels à Séoul en Corée du Sud a été contaminé par le coronavirus.  

   

  • Une éclosion a eu lieu au début du mois de mars dans un immeuble commercial et résidentiel. Après avoir fait passer un test à l’ensemble des travailleurs et résidents du bâtiment, les autorités ont constaté que presque toutes les personnes infectées (94 sur 97) travaillaient au 11e étage, qui abrite un centre d’appels.  
  • Cela correspond à 43,5 % des 216 personnes qui se trouvaient sur cet étage. Les sièges identifiés en bleu sur le schéma représentent des personnes contaminées.  
  • Selon les auteurs de l’étude, cette éclosion montre « de façon alarmante » à quel point le coronavirus peut être contagieux dans des bureaux bondés.  
  • « L’ampleur de cette éclosion illustre comment un environnement de travail à forte densité peut devenir un site à haut risque pour la propagation de la COVID-19, et potentiellement une source de transmission supplémentaire », ajoutent-ils.  
  • Comme la plupart des cas ont été recensés sur le même étage, les chercheurs estiment que c’est la durée des interactions ou des contacts entre personnes qui a probablement contribué à répandre le virus.  
  • La recherche et le dépistage de tous les gens qui ont été en contact, tout comme la « mise en quarantaine précoce » pourraient être de bonnes stratégies pour faire face aux éclosions dans les espaces de travail peuplés.    

 CAS 2 : dans un restaurant  

Une femme atteinte de la COVID-19 aurait contaminé plusieurs personnes à proximité d’elle dans un restaurant en Chine, entre autres, à cause du système de climatisation.  

Entre le 24 janvier et le 5 février, neuf autres membres des trois familles (A, B, C) commencent à présenter des symptômes de la COVID-19 et sont déclarés positifs (à la date indiquée sous leur nom, par exemple A2 : 27 janvier).
Entre le 24 janvier et le 5 février, neuf autres membres des trois familles (A, B, C) commencent à présenter des symptômes de la COVID-19 et sont déclarés positifs (à la date indiquée sous leur nom, par exemple A2 : 27 janvier).

Une famille (famille A) en partance de Wuhan arrive le 23 janvier à Guangzhou. Quelques membres de la famille A vont manger au restaurant le 24 janvier. Deux autres familles (B et C) se trouvent alors à proximité. La patiente zéro (A1), une femme dans la soixantaine, ne sait pas qu’elle est atteinte de la COVID-19.   


Les familles A, B et C se trouvent dans la même salle à manger d’un restaurant qui n’a pas de fenêtre. On y retrouve un système d’air conditionné qui crée une circulation d’air au-dessus des tables.  

Ce dispositif a fort probablement contribué à la transmission des gouttelettes entre les membres des trois familles présentes cette journée-là, selon les auteurs de l’étude. Plutôt que de retomber au sol, les gouttelettes contaminées ont été transportées par le flux d’air.   


Selon l’étude, la seule source connue d’exposition au coronavirus des membres des familles B et C est la patiente zéro A1. Au moins une personne des familles B et C a attrapé le virus au restaurant, et a pu par la suite l’avoir transmis aux autres membres de sa famille.  

Les chercheurs recommandent notamment « d’augmenter la distance entre les tables et d’améliorer la ventilation » dans les restaurants afin de limiter la propagation du virus.   


Les tables du restaurant étaient plutôt rapprochées à environ un mètre de distance.   


Sources des études et des figures  

Cas 1 : Park SY, Kim YM, Yi S, Lee S, Na BJ, Kim CB, et al. Coronavirus disease outbreak in call center, South Korea. Emerging Infectious Diseases (Centers for Disease Control and Prevention), Août 2020 (version non finale)   

Cas 2 : Lu J, Gu J, Li K, Xu C, Su W, Lai Z, et al. COVID-19 outbreak associated with air conditioning in restaurant, Guangzhou, China, 2020. Emerging Infectious Diseases (Centers for Disease Control and Prevention), Juillet 2020 (version non finale)