/entertainment/lavoix
Navigation

Un choix judicieux

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe de La Voix a officiellement pris la bonne décision en suspendant son concours pour la durée de la pandémie. Du côté des États-Unis, l’émission American Idol a quant à elle choisi d’aller de l’avant, présentant depuis dimanche des épisodes où candidats et juges s’exécutent depuis le confort de leur foyer... et le résultat est particulièrement décevant.

Exit le glamour, le strass et les paillettes. Exit aussi les éclairages, mises en scène et autres artifices. Mais, surtout, exit le public et l’effervescence qu’il apporte à un concours de chant. 

Certes, le talent vocal demeure le même, et il est franchement impressionnant. Mais il manque tout de même ce oumph, cette étincelle, ce spectacle qui rend habituellement cette quête de la prochaine star américaine si divertissante. Car l’émission se targue de dénicher bien plus que de simples chanteurs, mais bien des idoles. Et une idole digne de ce nom mérite, à tout le moins, une scène... et un public.

Inégalités sociales

Mais outre sa propension au spectacle, le studio d’American Idol permettait une chose bien importante, celle de mettre tous les candidats sur un seul et même pied d’égalité. Quelle que soit leur classe sociale, ils avaient tous droit à la même équipe de stylisme, coiffure et maquillage. Le même décor. Les mêmes éclairagistes. Bref, les mêmes ressources. 

Or, une certaine disparité était particulièrement évidente, dimanche soir, alors qu’on passait d’une candidate s’exécutant sur une immense terrasse surplombant l’océan à un autre, assis dans un appartement aux murs complètement dénudés, installé sur un canapé ayant, disons, connu de meilleurs jours. 

La Voix dans le monde

Qu’en est-il des autres concours ailleurs dans le monde ? En France, l’équipe de The Voice : La plus belle voix a pris exemple sur le Québec. Leurs émissions en direct, d’abord prévues à compter de ce samedi, n’auront lieu que lorsque les mesures de confinement le permettront. Du côté des États-Unis, Carson Daly pilotera le reste de la saison à distance, à l’instar des coachs-, qui guideront leurs candidats à partir de leurs domiciles respectifs.