/entertainment/stage
Navigation

Théâtre: «Aisselles et Bretelles» présenté sur Facebook

Une diffusion inespérée pour le Théâtre CRI

Guylaine Rivard, directrice générale et artistique du Théâtre CRI de Jonquière, dans le spectacle «Aisselles et Bretelles».
Photo courtoisie Sophie Lavoie Guylaine Rivard, directrice générale et artistique du Théâtre CRI de Jonquière, dans le spectacle «Aisselles et Bretelles».

Coup d'oeil sur cet article

Guylaine Rivard fait du théâtre depuis 30 ans. Elle vivra une expérience nouveau genre, demain, lorsqu’elle diffusera sa création intitulée Aisselles et Bretelles en direct sur Facebook. 

Une représentation qui sera filmée dans son domicile à Saguenay. 

«Je me lance et j’ai hâte de voir ce que ça va donner», a-t-elle lancé, lors d’un entretien téléphonique. 

Directrice générale et artistique du Théâtre CRI, pour Centre de recherches et d’interprétation, Guylaine Rivard est cofondatrice, avec Serge Potvin, de cette institution établie au Centre culturel du Mont-Jacob à Jonquière. 

La diffusion d’Aisselles et bretelles s’inscrit dans l’initiative #canadaenprestation mise sur pied par le Centre national des arts. 

Elle permet à des artistes et des auteurs à faire une prestation sur Facebook et recevoir un cachet de 1000$ afin d’alléger les actuelles pressions financières en situation de confinement. 

Aisselles et bretelles est un spectacle pour tout le monde qu’elle a présenté une quarantaine de fois, l’année dernière, dans des écoles, des bibliothèques, des terrains de camping et dans des résidences pour personnes âgées. 

Il devait être présenté à nouveau ce printemps et cet été dans les fêtes foraines, les campings, et dans des fêtes familiales. 

Créé l’été dernier lors du Festival international des arts de la marionnette à Saguenay, le spectacle est une prestation en solo inspirée par une quarantaine de contes célèbres. 

Aisselles et bretelles revisite des sections du Petit chaperon rouge, Blanche-neige et les sept nains, Le petit poucet, Alice au pays des merveilles et autres. 

«Ils sont revisités avec une allusion à un personnage, un paysage et des éléments de décor. Je m’amuse avec ça et en faisant des liens avec l’actualité», a-t-elle expliqué, lors d’un entretien téléphonique. 

Guylaine Rivard a constaté, au cours de trois dernières semaines, qu’une diffusion en direct était différente d’une représentation traditionnelle. 

«J’ai eu un peu peur au début, lorsque je me suis lancé dans cette aventure. Aisselles et bretelles est un spectacle qui fonctionne bien en direct. Ce n’est pas évident avec la présence d’une caméra et on ne peut pas faire de montage pour présenter les plus belles images. On se lance là-dedans avec une toute petite équipe et les moyens du bord. J’ai mis beaucoup d’heures de travail là-dedans et je pense que ça devrait bien se passer», a-t-elle fait remarquer. 

Cette initiative qui sera diffusée sur la page Facebook du Centre national des arts et sur celle du Théâtre CRI, demain, à 20h, amènera une visibilité totalement inespérée. 

«C’est une belle opportunité de sortir de notre petit cercle habituel et de présenter ce que nous faisons», a fait savoir Guylaine Rivard. 

Le Théâtre CRI est axé sur la recherche et sur l’interprétation. Il offre du perfectionnement de la formation aux comédiens avec huit compagnies de théâtre qui sont établies à Saguenay. Il travaille aussi avec l’Université du Québec à Chicoutimi. La petite compagnie créée aussi des productions qu’elle diffuse et elle accompagne des créateurs dans leurs projets.