/lifestyle/health
Navigation

Crise sanitaire: anxiété et symptômes dépressifs chez la moitié des jeunes adultes canadiens

Santé mentale - Homme triste, dépression
Photo adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – La moitié des jeunes adultes au Canada vivent une anxiété profonde et présentent des symptômes de dépression depuis le début de la crise sanitaire, révèle une récente étude de Léger réalisée pour le compte de la Croix-Rouge canadienne.

• À lire aussi: Étudiants étrangers: Québec leur facilite la tâche

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

L’enquête révèle également que 40 % des Canadiens âgés de 18 à 34 ans ne sont pas optimistes face à l’avenir. Par ailleurs, 38 % des répondants croient qu’ils ne parviendraient pas à obtenir de l’aide rapidement en cas de besoin.

Conseiller spécial de la Croix-Rouge canadienne et professeur de médecine à l'Université de Montréal, le Dr Paul Hébert trouve ces résultats inquiétants.

«Tous groupes d'âge confondus, les adultes font état d'un moins bon état de santé général au cours du dernier mois. Mais la différence est plus marquée chez les plus jeunes adultes. Ces derniers vivent plus de tristesse, de dépression et de désespoir que leurs aînés», a expliqué le Dr Hébert, jeudi, dans un communiqué émis par la Croix-Rouge canadienne.

Être attentifs

Malgré le déconfinement à venir, la situation risque de demeurer assez difficile pour plusieurs d’ici la découverte d’un vaccin contre la COVID-19, qui favorisera un retour à la vie normale. Le Dr Hébert invite donc les gens à être particulièrement attentifs aux jeunes adultes qui les entourent dans les semaines et les mois à venir.

«N'attendez pas que votre fils, votre fille, votre ami ou votre employé vous appellent, a-t-il dit. Prenez de leurs nouvelles, comme vous prenez des nouvelles d'autres personnes vulnérables. Vérifiez comment ils vont. Faites en sorte qu'ils sachent que vous êtes là pour eux, et qu'une aide professionnelle est disponible, s'ils en ont besoin.»

Quelque 2200 adultes canadiens ont participé à cette étude, qui a été menée entre le 15 et le 20 avril et qui prévoit un suivi auprès des répondants.

«Nous sommes en territoire inconnu actuellement, a indiqué le Dr Hébert. Pour offrir une aide pertinente, nous devons chercher à comprendre pleinement les effets de cette pandémie et les mesures qui sont prises pour y mettre fin.»