/news/currentevents
Navigation

COVID-19: le fraudeur de masques serait plutôt une victime, selon sa conjointe

Coup d'oeil sur cet article

L’entrepreneur qui aurait usé de « manœuvres frauduleuses » pour flouer le gouvernement du Québec de 45 M$ après avoir prétendu pouvoir lui procurer cinq millions de masques N95 serait plutôt une victime dans cette affaire selon sa conjointe.  

« Tout ce que je peux vous dire, c’est que c’est lui, la victime, là-dedans », a laissé tomber jeudi la conjointe de Patrick Ledoux, par l’embrasure de la porte d’entrée du condominium que le couple loue pour 1400 $ par mois à Brossard.   

 La femme semblait défaite par les allégations qui visent l’entrepreneur. Ce dernier était « trop occupé » pour donner sa version, a-t-elle indiqué.       

  • Le journaliste Félix Séguin était à l'émission Dutrizac, sur QUB Radio:   

« C’est entre les mains des avocats », s’est-elle contentée de dire, avant de demander qu’on laisse dormir leur bébé.   

Compte gelé  

Le Journal révélait jeudi les grandes lignes d’une requête de la Cour supérieure, dans laquelle Québec soutenait que Ledoux aurait profité du contexte exceptionnel de la pandémie de la COVID-19 pour obtenir une avance de 45 M$ du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec, alors que le gouvernement tentait désespérément de se procurer du matériel médical.   

Il aurait ensuite tenté de transférer une partie de la somme à des compagnies de Hong Kong et de Chine, mais la Banque TD a alors sonné l’alerte et gelé le compte bancaire de l’entreprise de l’entrepreneur. Un geste qui a été avalisé par le tribunal.   

Ledoux avait plaidé en vain que les compagnies étrangères à qui il voulait expédier des millions agissaient à titre d’« entremetteur » et d’entrepôt de masques.   

Legault confiant  

L’affaire a été abordée jeudi lors du point de presse quotidien à Québec.   

« Vous ne pouvez pas vous imaginer les milliers de personnes qui nous ont appelés en disant qu’ils pouvaient trouver des masques. Il fallait effectivement dans certains cas avancer l’argent, même dans certains cas en comptant. Je pense qu’on était dans une situation spéciale », a réagi jeudi le premier ministre François Legault.   

« Je pense que les chances sont quand même très bonnes de récupérer le montant total », a-t-il poursuivi. Selon lui, il n’y aurait pas d’autres cas similaires.   

« Il est aberrant de constater que de telles situations surviennent pendant que [...] nous nous battons afin d’être en mesure de fournir à nos équipes les équipements de protection appropriés, a quant à lui déploré Martin Beaumont, PDG du CHU. Heureusement que nous avons pu compter sur la vigilance de nos équipes et de nos institutions financières, qui sont intervenues dès le premier signal d’alarme. »   

– Avec Rémi Nadeau