/news/green
Navigation

Un mois d’avril plus froid que la normale

GEN-METEO-FROID
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

La météo s’est elle aussi mise sur pause en avril avec des températures plus froides que la normale partout au Québec.

« Ça ne passera pas vraiment à l’histoire, assure Simon Legault, météorologue chez Environnement Canada. On a eu de belles journées ensoleillées, mais ce qui est marquant, c’est plutôt le froid. Dans la province, selon les régions, il a fait plus froid, en moyenne entre 1 et 3 degrés Celsius, c’est quand même une baisse importante. »

À Montréal, la moyenne se situe à 6,4 degrés Celsius pour avril. Cette année, elle a plutôt avoisiné les 5 degrés. 

Du côté de Québec, la normale est de 3,7 degrés Celsius, alors que ce mois-ci, la moyenne était de 2 degrés Celsius.

 « En général, la deuxième moitié du mois d’avril a été plus froide que la première. C’est une situation qui n’arrive pas souvent. C’est la première fois que ça arrive depuis 2012 », mentionne de son côté André Monette, météorologue pour MétéoMédia. 

Pas plus de 20 degrés

Fait encore plus étonnant, le mercure n’a jamais dépassé les 20 degrés Celsius durant tout le mois d’avril, à Montréal.

« De manière surprenante, c’est aussi arrivé l’année dernière. Sauf qu’avant, ça ne s’était pas produit depuis 1995, c’est donc assez rare », poursuit M. Monette. 

Si le total des précipitations est tout juste en bas de la normale d’avril, il y a quand même eu un peu moins de jours de pluie ce mois-ci.

« En termes de millimètres au total, c’est dans la moyenne pas mal. Mais oui, on a eu plus de soleil. On compte 9 jours pluvieux alors que normalement on parle d’un nombre entre 11 et 12 », ajoute Simon Legault.

Pas encore chaud

Or, les températures plus chaudes nous rappelant l’été ou qui donnent le goût de se retrouver sur une terrasse ne sont pas près d’arriver, estiment les deux météorologues. 

« Le froid qu’on vit en ce moment n’est pas en train de se dissiper. Ça pourrait se poursuivre encore plusieurs jours, voire des semaines », croit André Monette.

« Des températures plus estivales, on ne devrait pas en avoir d’ici la mi-mai, ajoute M. Legault. Mais ça a quand même du bon ce qu’on vit présentement. Ne pas avoir beaucoup de pluie et des températures plus basses, c’est favorable pour limiter les inondations. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.