/news/health
Navigation

COVID-19: un robot de désinfection par UV au CUSM

COVID-19: un robot de désinfection par UV au CUSM
Centre universitaire de santé McGill | Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Le premier robot de désinfection par UV au Canada est testé au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), à Montréal.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

Le robot est programmé pour produire une lumière ultraviolette concentrée en UV-C à des endroits où des virus, des bactéries et d'autres types de micro-organismes organiques nuisibles se concentrent, afin de les éliminer. Fabriqué par l'entreprise danoise UVD Robots, il pourrait donc réduire les infections nosocomiales et d’autres maladies infectieuses dans les hôpitaux.  

«La combinaison de la lumière ultraviolette et de la robotique rend cette technologie très intéressante. Le robot de désinfection par UV peut se déplacer de manière autonome et se positionner de manière optimale par rapport aux points chauds infectieux dans un cadre hospitalier. Il peut apparemment atteindre une efficacité de désinfection plus élevée en moins de temps que les solutions existantes», a expliqué Rami Tohme, directeur de l'infrastructure et du génie biomédical à l’Institut de recherche du CUSM (IR-CUSM), par communiqué, jeudi.  

Livrée lundi, cette technologie sera testée dans une chambre de patient et une salle d'opération du Centre de médecine innovatrice du CUSM, au site Glen.  

«Nous avons commandé ce robot alors que la pandémie de COVID-19 émergeait en Chine et en Europe, avec l'objectif d'être les premiers à évaluer cette technologie au Canada. Un système automatisé peut potentiellement améliorer la sécurité des patients et protéger le personnel de l’hôpital», a précisé le Dr Bruce Mazer, directeur exécutif et chef de la direction scientifique (CSO) de l'IR-CUSM.  

Cet outil permettrait de combattre la propagation de la COVID-19 en milieu hospitalier. Il pourrait ainsi sauver des vies et épargner des coûts au système de santé, car les infections contractées dans les établissements de santé sont bien réelles.  

Une quarantaine d’hôpitaux dans le monde auraient acquis ce robot pour le tester.