/sports/golf
Navigation

Des subventions disponibles

Coup d'oeil sur cet article

Comme dans tous les secteurs de l’économie en cette ère pandémique, les clubs de golf bénéficient aussi des subventions gouvernementales.  

• À lire aussi: Cri d’alarme sur les allées 

• À lire aussi: Pas de plan pour les aînés

Ainsi, les clubs qui sont en mesure de démontrer qu’ils ont subi des pertes de revenus considérables de mars à mai sont admissibles à la subvention salariale de 75 % des employés. Celle-ci est offerte par le gouvernement fédéral dans l’enveloppe de 73 milliards.  

Les clubs sont aussi admissibles à la subvention fédérale d’accès au crédit de 40 000 $. Cette subvention est offerte aux entreprises et organismes à but non lucratif qui ont versé de 20 000 $ à 1,5 M$ en salaires en 2019.  

L’Association des clubs de golf du Québec (ACGQ) a transmis à ses clubs membres les renseignements nécessaires sur les programmes afin de les aider à pallier leurs pertes en temps de crise. Déjà, plusieurs clubs profitent des subventions.   

À travers les branches, on entend que le ministère du Tourisme annoncerait également une aide financière par secteur. L’industrie récréotouristique recevrait un coup de pouce. Déjà fragile, l’industrie du golf devra être soutenue. 

Ces programmes mettent un léger baume sur une plaie financière vive. Tant les clubs privés que publics traversent des moments sombres. « La situation est alarmante, a signalé Martin Ducharme, de l’ACGQ. Dans les clubs privés, on a dans certains cas sollicité des cotisations spéciales aux membres avec la perte des grands évènements. »  

La majorité des clubs ont mis sur pied des mesures afin d’alléger le fardeau de leur client en période d’incertitude. Parmi celles-ci, on permet aux membres d’échelonner leurs paiements. 

Propriétaires heureux 

Seule véritable bonne nouvelle de la semaine dans l’industrie, la possibilité d’ouvrir des boutiques dans les clubs de golf réjouit leur propriétaire.  

Celles qui possèdent un accès direct extérieur pourront ouvrir à partir du 4 mai, à l’exception de celles dans la communauté urbaine de Montréal qui le pourront à partir du 11 mai. Cette nouvelle touchant le commerce de détail a soulagé les proprios qui avaient dépensé de grosses sommes afin d’obtenir leurs marchandises.  

Ailleurs 

Au Canada, les provinces de l’Île-du-Prince-Édouard, de l’Alberta et du Manitoba ont permis l’ouverture des parcours. Aux États-Unis, on dénombre près de 50 % des parcours ouverts, selon un rapport de la Fondation américaine nationale du golf (NGF). Le Québec se préoccupe de son sort sans regarder les permissions ailleurs au pays.