/finance
Navigation

Legault peu enclin à aider ceux qui profitent des paradis fiscaux

Francois Legault
Photo Simon Clark Le premier ministre du Québec, François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault dit vouloir privilégier les entreprises qui paient leurs impôts au Québec dans son effort de relance économique.  

• À lire aussi: Les acrobaties du Cirque devant les ministres fédéraux  

« De façon générale, moi, je pense que c’est très important, si on aide une entreprise, qu’elle paie ses impôts ici », a-t-il déclaré hier lors de son point de presse quotidien de 13 h sur la situation au Québec durant la pandémie.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

  

Des exceptions  

Le premier ministre répondait à une question à savoir si l’argent des Québécois pourrait aller à des entreprises qui sont installées ici, mais qui placent leurs profits dans des paradis fiscaux.  

« Il y a des cas exceptionnels où, dans certaines industries, certains actifs, pour éviter la double imposition, sont dans des pays où on permet de ne pas avoir, justement, de double imposition. Donc, il faut le regarder cas par cas, là », a-t-il précisé.  

Le Journal a rapporté cette semaine que le Cirque du Soleil en difficulté, bien qu’ayant son siège social au Québec, était contrôlé depuis un paradis fiscal, le Luxembourg, par un fonds américain.  

Trudeau hésitant  

Le premier ministre canadien Trudeau a de son côté évité cette semaine de dire clairement que son gouvernement refusera l’aide fédérale pour la COVID-19 aux entreprises qui profitent de paradis fiscaux, paraissant ainsi reculer sur la question.