/finance/business
Navigation

Québec assouplit les règles pour les détaillants de centres commerciaux

La succursale du magasin Hart situé dans le centre commercial Place des Quatre-Bourgeois, à Québec, accueille déjà des clients par la porte arrière.
Photo DIDIER DEBUSSCHÈRE La succursale du magasin Hart situé dans le centre commercial Place des Quatre-Bourgeois, à Québec, accueille déjà des clients par la porte arrière.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec a discrètement modifié ces derniers jours les règles applicables aux détaillants de centres commerciaux afin de permettre à un plus grand nombre d’entre eux de poursuivre leurs activités.  

• À lire aussi: COVID-19: Santé Canada autorise la tenue d’un essai clinique pancanadien  

• À lire aussi: Tous les développements sur la pandémie de coronavirus  

Selon nos informations, Québec a élargi sa définition de porte extérieure indépendante pour y inclure dorénavant des portes d’accès normalement utilisées pour le chargement de marchandises vendues en magasin.  

Ces portes d’accès indépendantes – souvent des portes de garage – permettent d’ordinaire un accès direct aux entrepôts de grands magasins comme Walmart et Canadian Tire.  

«Ce n’est pas tous les magasins qui disposent de tels accès directs à leur magasin dans les centres commerciaux. Je ne pourrais pas vous préciser le nombre», a commenté le directeur des affaires gouvernementales du Conseil canadien du commerce de détail (CCCD), Jean-François Belleau. «Mais nous sommes quand même excessivement satisfaits de cette nouvelle avancée obtenue au bénéfice de nos membres», ajoute-t-il.  

Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) a aussi travaillé à faire avancer ce dossier. Une nouvelle mesure qui aurait été applaudie par les propriétaires de centres commerciaux. «Des détaillants ont mentionné que cela allait leur permettre d’ouvrir des dizaines de magasins de plus à travers leur réseau», a indiqué son directeur général, Stéphane Drouin.  

Volte-face possible? 

En milieu d’après-midi vendredi, le ministre de l’Économie et de l’Innovation (MEI) a semblé vouloir freiner l’enthousiasme des représentant de l’industrie.  

Sur Twitter, le ministre Pierre Fitzgibbon y allait de ce message: «L’analyse pour l’utilisation des portes arrières et l’ouverture de petits centres d’achat est toujours en cours par le MEI et la santé publique. Seuls les commerces disposant d’une porte extérieure dédiée aux clients peuvent ouvrir le 4 mai (11 mai CMM)». 

Est-ce que le MEI s’apprêterait à faire marche arrière dans ce dossier? Une chose est certaine, l’industrie ne semblait plus en mesure vendredi en fin de journée d’exclure cette possibilité. 

Des portes obligatoires 

Jusque-là, seuls les magasins d'alimentation, les pharmacies, les succursales de la SAQ et quelques entreprises de services jugés prioritaires par Québec (nettoyeurs et buanderies, par exemple) pouvaient ouvrir leurs portes.  

Toutes les autres catégories de commerces, comme Walmart, Dollarama et Canadian Tire, par exemple, qui ne sont pas considérés comme des «magasins d’alimentation» même s’ils vendent des aliments, ne peuvent ouvrir dans un centre commercial que s’ils disposent d’une porte extérieure indépendante pour accueillir leur clientèle.  

L’élargissement des règles du MEI relatives à la définition de ce que constitue une porte d’accès extérieure indépendante devrait satisfaire plusieurs détaillants. Les autres commerces, plus petits, ou ne disposant pas de telles portes de chargement devront encore patienter avant de pouvoir ouvrir.  

Déjà des magasins

Quoi qu’il en soit, Le Journal a pu constater que des magasins accueillent déjà leurs clients par la porte arrière de leur commerce.

C’est notamment le cas de la succursale Hart située dans le centre commercial Place des Quatre-Bourgeois, à Québec.

Des panneaux ont récemment été installés pour diriger la clientèle. Une personne est aussi présente pour assurer la circulation. Cette mesure permet ainsi au magasin, qui a été invité à fermer dernièrement, de demeurer ouvert et de servir sa clientèle.