/lifestyle/food
Navigation

Trucs et astuces pour la conservation des fruits et légumes

CASA 0502 Dossier conservation aliments
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Ces jours-ci, l’organisation de notre frigo et de notre congélateur est primordiale si on ne veut pas gaspiller de nourriture. Mais combien de temps conserve-t-on les aliments ? Et quels sont les bons gestes pour préserver les aliments plus longtemps ? Voici quelques conseils pour vous aider à démêler tout ça. 

LÉGUMES  

  • Avant de les ranger, on retire les attaches et on enlève le surplus de feuillage. Si les légumes sont rangés dans un sac, on s’assure que celui-ci est perforé pour assurer une bonne circulation d’air. On évite de trop empiler les légumes : plus ils sont rapprochés les uns des autres, plus ils vont se détériorer rapidement. 
  • Les légumes à feuilles devraient être nettoyés en les trempant dans un évier rempli d’eau avant d’être rangés. 
  • Carottes : couper les feuillages. Ranger dans un contenant fermé rempli d’eau au frigo. 
  • Concombres : ils se conservent plus longtemps à la température de la pièce. Si vous tenez absolument à les conserver au frigo, leur durée de vie s’en trouvera réduite. 
  • Asperges : dans le cas des asperges, on conserve l’élastique qui les retient ensemble. On les emballe dans un papier absorbant (« essuie-tout ») humide ou on les range au frigo, debout dans un verre contenant environ un pouce d’eau. On peut ensuite recouvrir d’un sac de plastique. 
  • Laitues : contrairement aux laitues Boston et Iceberg qui sont très fragiles et devraient être conservées au frigo telles quelles, on recommande de laver les feuilles de laitue frisée et romaine. Une fois bien lavées et séchées, on les range dans un contenant hermétique en insérant une feuille de papier absorbant entre chaque étage. 
  • Champignons : si on les conserve dans leur contenant original, on perfore légèrement la pellicule de plastique avant de mettre au frigo. On peut aussi les conserver dans un sac de papier ou quelques feuilles de papier absorbant sèches. 
  • Oignons et pommes de terre : on les conserve dans un endroit sec, sombre et frais. On évite cependant de les ranger ensemble, ce qui pourrait accélérer le mûrissement. 
  • Céleris : pour conserver son pied de céleri entier bien croquant, on l’emballe dans du papier d’aluminium (ou un linge humide) et on le range dans le bac à légumes. Si on préfère le couper tout de suite en morceaux, on range ceux-ci dans un bac refermable rempli d’eau. 
  • Haricots, brocolis, choux-fleurs, choux, radis : on les range dans le bac à légumes dans un sac de plastique perforé. 
  • Oignons verts : on les conserve debout dans un récipient contenant un ou deux pouces d’eau. On recouvre le tout d’un sac de plastique.  

FRUITS  

  • On évite de ranger les fruits et les légumes ensemble. Certains fruits dégagent un plus haut taux d’éthylène qui peut faire mûrir prématurément les légumes. 
  • Certains fruits vont continuer de mûrir s’ils sont laissés sur le comptoir. C’est le cas des avocats, tomates, mangues, melons, pommes et poires. Au contraire, les raisins, agrumes et baies vont se détériorer à l’air libre et devraient toujours être réfrigérés. Les bananes quant à elle mûrissent très rapidement et vont énormément accélérer le mûrissement des fruits à proximité. 
  • Agrumes : on les range au frigo. Ils peuvent être à proximité d’autres fruits et légumes, car ils dégagent peu d’éthylène. Ils se conservent très longtemps. 
  • Pommes et poires : dans un sac de plastique perforé dans le bac à fruits du frigo. 
  • Petits fruits : on les lave seulement avant de les manger, de préférence. Si on tient à les laver à l’avance, on utilise une solution d’eau et de vinaigre (3 pour 1) et on les assèche bien. On les conserve dans un contenant refermable tapissé de papier absorbant en gardant le couvercle un peu ouvert. 
  • Prunes, ananas, avocats, pêches et kiwis : on les conserve à l’air libre, car ils supportent difficilement le froid. On peut par contre les ranger au frigo pour prolonger un peu leur durée de vie. 
  • Raisins : on les conserve dans leur sac de plastique perforé d’origine et on les lave seulement au moment de les manger. 
  • Tomates : à la température ambiante, en évitant de les mettre en contact avec d’autres fruits ou légumes.  

Guide de conservation des aliments au congélateur  

CASA 0502 Dossier conservation aliments
Photo Adobe Stock

Durée d’entreposage des aliments périssables au congélateur à 0 °f (-18 °c) 

OEUFS  

  • Blanc d’œuf cru : 9 mois 
  • Jaune d’œuf cru : 4 mois  

TOFU : 1 à 2 mois  

POISSONS ET FRUITS DE MER 

  • Crabe cuit : 1 mois 
  • Crevettes : 2 à 4 mois 
  • Huîtres sans écailles : 2 à 4 mois 
  • Moules sans écailles : 3 mois 
  • Palourdes sans écailles : 3 mois 
  • Pétoncles crus : 3 mois 
  • Poisson fumé à froid : 2 mois 
  • Poisson gras cru (saumon, truite, etc.) : 2 mois 
  • Poisson maigre cru (sole, tilapia, etc.) : 6 mois  

VIANDES  

  • Agneau (côtelettes, rôti) : 6 à 9 mois 
  • Bacon* : 1 à 2 mois 
  • Bœuf (steaks, rôti) : 6 à 12 mois 
  • Jambon cuit entier ou en tranches : 1 à 2 mois 
  • Porc (côtelettes, rôti) : 4 à 6 mois 
  • Saucisses fraîches : 2 à 3 mois 
  • Veau (côtelettes, rôti) : 4 à 8 mois 
  • Viande cuite avec sauce : 4 mois 
  • Viande cuite sans sauce : 2 à 3 mois 
  • Viande cuite tranchée, sous vide* : 1 mois 
  • Viande fumée, charcuterie : 1 à 2 mois  
  • Viande hachée, en cubes ou tranchée mince : 3 à 4 mois 
  • Volaille crue en morceaux : 6 à 9 mois 
  • Volaille crue entière : 10 à 12 mois 
  • Volaille cuite avec sauce : 6 mois 
  • Volaille cuite sans sauce : 1 à 3 mois  

FRUITS, LÉGUMES ET FINES HERBES : 1 an 

METS PRÉPARÉS  

  • Boulangerie (produits faits de farine enrichie) : 3 mois 
  • Fèves au lard : 6 à 10 mois 
  • Mets conditionnés sous vide* : 2 mois 
  • Mets congelés commerciaux : 3 à 4 mois 
  • Mets en casserole : 3 mois 
  • Pâtes alimentaires cuites sans sauce : 3 mois 
  • Pâtés à la viande, quiches : 3 mois 
  • Pâtisseries avec produits laitiers et œufs : 1 mois 
  • Potages, soupes : 2 à 3 mois 
  • Riz cuit : 6 à 8 mois 
  • Sandwichs : 6 semaines 
  • Sauces à la viande : 4 à 6 mois  

PRODUITS LAITIERS  

  • Beurre doux* : 3 mois 
  • Beurre salé* : 1 an 
  • Crème fraîche* : 1 mois 
  • Crème glacée : 3 mois  
  • Fromages à pâte ferme (cheddar, mozzarella, etc.) : 6 mois 
  • Lait* : 6 semaines 
  • Yogourt : 1 mois  

*Les durées de conservation indiquées sont valables pour des contenants qui ont été ouverts. 

6 trucs pour bien organiser le congélateur 

CASA 0502 Dossier conservation aliments
Photo Adobe Stock

1. DES CONTENANTS ADAPTÉS 

Pour empêcher le givre de brûler nos aliments, il faut limiter l’air présent dans les contenants. On ne les choisit donc pas trop grands par rapport au volume de nourriture qu’ils vont accueillir, en tenant compte de l’expansion due à la congélation. Si l’on se sert de contenants de plastique, on s’assure qu’ils sont fermés hermétiquement. Et si l’on opte pour des sacs de congélation, on veille à en extraire le maximum d’air avant de les mettre, à plat, au congélateur. La pellicule plastique, le papier
d’aluminium et les contenants en verre ou en silicone peuvent
également être utilisés, à condition, encore une fois, que l’emballage soit parfaitement hermétique (on
n’hésite pas à mettre plusieurs épaisseurs de pellicule plastique). 

2. UNE ÉCONOMIE D’ESPACE 

Il n’est pas toujours facile d’empiler nos réserves sur les tablettes ou de fouiller dedans quand elles ont l’allure de clochers penchés ! C’est pourquoi on investit dans des bacs de rangement que l’on étiquette par type d’aliment (légumes et fruits, viandes et poissons crus, plats mijotés, etc.). Les sacs de congélation pourront y être rangés à la verticale et les réserves, triées par catégorie, seront plus rapidement identifiables. 

3. GARE AUX PORTIONS ! 

Avant de congeler un plat de lasagne au complet ou 10 hauts de cuisses de poulet, on réfléchit à la façon dont ils seront consommés. Un souper familial et un dîner improvisé pour la boîte à lunch des cocos ne requièrent pas la même quantité. On s’assure donc de congeler nos plats et ingrédients en portions réalistes, qui nous simplifieront la vie, le moment venu. 

4. L’ÉTIQUETAGE : UN INDISPENSABLE  

  • Sur chaque contenant, on note le contenu et la date de congélation ou, encore plus pratique, sa date maximale de consommation. Les jours pressés, on pourra facilement repérer ce reste de mijoté sans risque de confusion. 
  • Pour les aliments à cuisiner (viande crue, légumes, etc.), on n’hésite pas à préciser la quantité congelée. Cela nous sera utile lors de la préparation de recettes. 
  • On peut inscrire ces informations au feutre indélébile directement sur les sacs de congélation. Pour les contenants hermétiques réutilisables, on privilégie plutôt le ruban-cache adhésif. 
  • Et si l’on est un expert de l’organisation, on prévoit une liste de nos réserves, que l’on met à jour au fur et à mesure. On évite ainsi d’ouvrir le congélateur trop longtemps ou trop souvent pour voir ce qu’il y a dedans.  

5. UN ACCÈS FACILE 

Si notre congélateur est de type coffre, qu’il est profond et qu’il est rarement plein, on place des caisses de lait vides dans le fond, l’ouverture vers le bas. Déposées par-dessus, nos réserves seront plus accessibles. 

6. DANS LE BON ORDRE 

Pour éviter le gaspillage, on range les produits en fonction de leur date de congélation : les plus anciens devant et les plus récents dans le fond. À chaque nouvel ajout, on effectue une rotation. Ainsi, les premiers congelés seront les premiers consommés !