/news/coronavirus
Navigation

La COVID-19 tue plus que les maladies cardiaques, mais moins que le cancer

Coup d'oeil sur cet article

En six semaines, la COVID-19 est devenue une redoutable tueuse au Québec.  

• Lire le dossier: De quoi meurent les Québécois au temps de la COVID-19  

Depuis le premier décès lié au coronavirus à être survenu chez nous, le 18 mars dernier, cette maladie sournoise pour laquelle il n’existe encore ni vaccin ni remède – malgré les progrès encourageants entourant le remdesivir – est devenue la 2e cause de mortalité au Québec, tout juste derrière les cancers, mais devant les maladies cardiaques.  

Il s’agit là d’un des nombreux constats que vous pourrez faire, ce matin, en consultant l’affiche grand format que nous avons insérée au centre de votre Cahier Weekend.  

313 000 décès sous la loupe  

Intitulée «De quoi meurent les Québécois au temps de la COVID-19», cette affiche géante vous renseignera d’abord sur les causes détaillées des quelque 313 000 décès survenus dans la province, au cours des cinq années les plus récentes, pour lesquelles il existe des données précises et complètes.  

À partir de ces statistiques, Le Journal a établi un classement des dix causes de décès les plus fréquentes au Québec et a pu en tirer des moyennes hebdomadaires.  

C’est ainsi que vous découvrirez, par exemple, que les tumeurs cancéreuses tuent près de 400 Québécois chaque semaine.  

Ça demeure plus élevé que le nombre de victimes du coronavirus, qui atteint à ce jour environ 300 morts, de façon hebdomadaire.  

Vous verrez aussi que la COVID-19 est beaucoup plus mortelle que la grippe, contrairement à ce que certains laissaient entendre au début de la pandémie...  

La pire cause de 2020?  

Cette nouvelle maladie qui a bouleversé nos vies risque-t-elle de devenir la cause de décès la plus importante au Québec d’ici la fin de 2020 ?   

Là-dessus, les experts consultés par Le Journal sont divisés.  

«C’est facile d’imaginer des scénarios que oui. Mais c’est facile d’imaginer des scénarios que non», résume Alan Cohen, professeur à la Faculté de médecine de Sherbrooke, interrogé par notre journaliste Kathryne Lamontagne.  

Notre chroniqueur Richard Béliveau, docteur en biochimie, analyse la situation actuelle en comparant la COVID-19 au cancer et en rappelant que les tumeurs demeurent les plus grandes menaces pour la vie des Québécois.  

«Il est à souhaiter que le branle-bas de combat actuellement en cours pour contrer la COVID-19 nous sensibilise à l’importance des approches préventives, non seulement pour les maladies infectieuses, mais aussi pour le cancer et les maladies chroniques en général», écrit-il.  

Sur ce, bonne lecture!  

Sébastien Ménard  

Éditeur et rédacteur en chef du Journal de Québec  

Responsable du projet

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres